/regional/troisrivieres/mauricie

Un travailleur étranger perd la vie à cause d’une machine agricole

Un travailleur étranger est décédé dans un accident impliquant une machinerie agricole mercredi en Mauricie, sur le site de la ferme Norlou.

L’homme de 34 ans a perdu la vie sur le site de la ferme Norlou, sur la route 352 de Saint-Luc-de-Vincennes, en Mauricie.

Les autorités ont été alertées vers 7 h mercredi matin par des personnes qui se trouvaient sur place.

Selon les explications de la Sureté du Québec, il était coincé dans une machinerie, soit un mélangeur à nourriture pour animaux, qui comprend ce qu’on appelle abusivement une vis sans fin au fond, c’est-à-dire un cylindre comportant une cannelure hélicoïdale. Son décès a été constaté sur place.

«Il y a des collègues qui se sont rendus compte qu’un travailleur manquait à l’appel et ils sont allés voir le secteur où il travaillait, où se trouvait une machinerie et c’est à ce moment-là qu’ils l’ont découvert», a expliqué la porte-parole de la Sûreté du Québec, Éloise Cossette.

Pour le maire de la municipalité, Daniel Houle, lui aussi agriculteur, il s'agit d'une véritable tragédie. 

À sa connaissance, l’employé travaillait à Norlou depuis déjà quatre ou cinq ans. 

«Une tragédie un peu pour la communauté, et surtout pour tous les collègues de travail de la ferme Norlou qui ont subi un choc bien entendu, parce que c’est une famille de travailleurs extrêmement tissée serrée», a-t-il raconté.

Le travailleur étranger qui a retrouvé son collègue dans la machinerie aura droit à un support psychologique, offert par la compagnie de placement des travailleurs étrangers, a assuré le maire.

Un technicien en identité judicaire a été dépêché sur les lieux de l'accident, tout comme la Commission des normes de l'équité de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et un coroner, pour récolter des informations.

Une enquête a été ouverte pour prévenir ce genre de drame dans le futur. «On regarde aussi les méthodes de travail, les équipements utilisés au moment de l’événement, donc c’est vraiment là où on en est. Deux inspecteurs ont passé la journée sur les lieux», a indiqué la porte-parole de la CNESST, Audréane Lafrenière.

Il s'agit d'ailleurs du deuxième accident mortel à se produire en l'espace de trois jours dans la région. Pour l'Union des producteurs agricoles (UPA), c'est le rappel que personne n'est à l'abris d'un accident.

M. Lafrenière en profite aussi pour rappeler aux entreprises de tous les secteurs de s’assurer que leurs milieux de travail sont sécuritaires.

«Ce qu’il faut retenir de cet événement, c’est qu’il faut toujours, toujours garder en mémoire les règles de sécurité pour qu’il n’arrive pas d’incidents malheureux», a répondu M. Houle.

Les propriétaires de la ferme, abordés brièvement en bordure de leur propriété, ont préféré ne pas commenter l’accident. Selon la Sûreté du Québec, il pourrait seulement s’agir d’une mauvaise manœuvre de l’employé, comme aucun élément suspect n’est lié à cette tragédie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.