/news/politics

Sous-traitance à l’externe en informatique: une dépendance qui empire sous le règne de la CAQ

Éric Caire, ministre de la Cybersécurité et du Numérique

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Éric Caire, ministre de la Cybersécurité et du Numérique

2021 aura été l’année de tous les records pour la dépendance de Québec à l’externe en gestion de ses ouvrages informatiques. 33% des ressources utilisées dans la dernière année étaient des sous-traitants alors que près de 1200 postes demeurent vacants, du jamais-vu.

Le portrait annuel de la main-d’œuvre en technologie de l’information rendu public par le ministère de la Cybersécurité et du Numérique démontre que malgré des années de récriminations dans l’opposition, le gouvernement Legault ne fait pas mieux que ses prédécesseurs.

Au contraire.

La Coalition Avenir Québec a pris les rênes de l’État en 2018 alors que 2552 ressources externes étaient embauchées en technologies de l’information, soit 28,4% de l’effectif total. Quatre ans plus tard, ce sont près de 1000 ressources externes qui se sont ajoutées, le ratio bondissant à 32,6%.

Et le portrait n’est guère plus reluisant au chapitre des postes vacants, réalité qui force le recours continuel à l’externe. À son entrée en poste, le gouvernement Legault avait devant lui 991 postes en informatique à combler dans l’ensemble de l’appareil gouvernemental, un nombre qui grimpe à 1162 au dernier bilan.

Ces données sont compilées depuis 2015 pour les postes assujettis à la Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles (LGGRI) qui vise certains organismes et ministères, ce qui exclut notamment le réseau de l’éducation et celui de la santé et des services sociaux (CISSS et CIUSSS). Publié discrètement en avril dernier, le rapport peu reluisant était jusqu’ici passé sous le radar.

De shérif à ministre

Pourtant, dans l’opposition, l’actuel ministre de la Cybersécurité et du Numérique Éric Caire a souvent été critique des gouvernements précédents.

«Il y a des consultants qui sont là depuis tellement longtemps qu’on les confond avec des fonctionnaires», rechignait-il à l’endroit du gouvernement libéral durant le dernier mandat de Philippe Couillard.

Le «Shérif Caire» comme on l’avait surnommé à l’époque proposait même en 2015 dans un pacte de 36 mesures pour «mettre fin au déficit chronique de performance» de remplacer 30 % des consultants privés en informatique par des ressources internes.

Mais force est d’admettre que la situation, plutôt que de s’améliorer sous son règne, s’est empirée. En fait, le nombre de sous-traitants externes et leur ratio versus des employés de l’État interne ne cessent d’augmenter depuis l’entrée en poste du gouvernement caquiste en 2018.

À la Régie du Bâtiment du Québec (RBQ), ce sont même près de 60% des postes en TI qui sont occupés par des sous-traitants. Et dans des organismes clés de l’appareil gouvernemental comme la SAAQ et les ministères de la Justice et des Transports, le pourcentage de ressources externes oscille entre 45% et 50%.

Évolution des effectifs en TI dans les organismes et ministères assujettis à la Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles (LGGRI)

2015

- Internes : 5889 (66,4%)

- Externes : 2976 (33,6%)

- Postes vacants : 486

2016

- Internes : 5973 (71,4%)

- Externes : 2388 (28,6%)

- Postes vacants : 707

2017

- Internes : 6185 (72,9%)

- Externes : 2297 (27,1%)

- Postes vacants : 876

2018

- Internes : 6427 (71,6%)

- Externes : 2552 (28,4%)

- Postes vacants : 991

2019

- Internes : 6749 (70,8%)

- Externes : 2787 (29,2%)

- Postes vacants : 842

2020

- Internes : 6967 (69,9%)

- Externes : 3141 (31,1%)

- Postes vacants : 971

2021

- Internes : 7134 (67,4%)

- Externes : 3455 (32,6%)

- Postes vacants : 1162

Sources: Ministère et la Cybersécurité et du Numérique et Secrétariat du Conseil du Trésor

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.