/regional/quebec

Agglomération: Pageau en appelle à la « bonne foi » de Juneau pour le partage des frais

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Le maire de L’Ancienne-Lorette revient à la charge. Il en appelle désormais à la « solidarité » et la « bonne foi » des élus de Saint-Augustin pour qu’ils paient leur « juste part » des frais juridiques dans leur croisade commune contre la Ville de Québec. 

• À lire aussi: Quotes-parts: des citoyens de L'Ancienne-Lorette réclament un chèque

• À lire aussi: Frais d’agglomération: la Ville de Québec propose 27 M$ aux villes défusionnées

• À lire aussi: Frais d’agglomération: la Cour d’appel rejette la demande de la Ville de Québec

La Ville de L’Ancienne-Lorette est celle qui pilote la bataille de l’agglomération et de surfacturation de la quote-part depuis 2011. Elle a toujours eu le leadership du dossier et a dépensé, jusqu’à présent, plus de 12,3 M$ en frais d’expertises juridiques et comptables.  

Capture d'écran

La Ville de Saint-Augustin, elle, s’est greffée au recours et a bénéficié des décisions favorables des tribunaux en récoltant 51,7 M$ à ce jour, soit 57 % des gains (89,6 M$ au total) en raison de sa richesse foncière plus élevée. Le combat n’est toutefois pas terminé et le litige persiste sur le mécanisme de calcul de la quote-part pour les années à venir. 

« Se défendre contre l’acharnement de la Ville de Québec à notre égard, ça coûte cher, très cher. Et la quasi-totalité des frais sont assumés par la Ville de L’Ancienne-Lorette », expose le maire Gaétan Pageau dans une vidéo diffusée dans les dernières heures sur Youtube.

Dans les dernières années, tant l’ancien maire Émile Loranger que le nouveau maire, Gaétan Pageau, ont reproché à la Ville de Saint-Augustin de profiter des recours judiciaires intentés par L’Ancienne-Lorette « sans devoir assumer leur juste part » des frais juridiques.  

Après avoir essuyé plusieurs refus, le maire Gaétan Pageau tente cette fois de prendre son homologue de Saint-Augustin Sylvain Juneau par les sentiments dans une lettre qu’il lui a fait parvenir récemment.  

Aucune obligation de Saint-Augustin 

« Il n’a aucune obligation de le faire car les lois étant ainsi faites, la Ville de Saint-Augustin peut récolter sans semer, sans cultiver le champ », illustre M. Pageau  

« Les recours des Lorettains sont donc limités, convient le maire Pageau. On doit s’en remettre à la bonne foi des administrateurs de Saint-Augustin. C’est donc au nom de la solidarité, de l’équité et du respect entre les Lorettains et les Augustinois que j’ai interpellé M. Juneau. Je souhaite que le maire de Saint-Augustin et son conseil fassent preuve d’ouverture et démontrent leur sens du devoir dans ce dossier », plaide-t-il. 

Juneau promet de « regarder ça » 

Sylvain Juneau confirme avoir reçu la lettre du maire Pageau mais n’a pas encore eu le temps d’y donner suite. Il promet de « regarder ça » mais comme par le passé, il n’est visiblement pas chaud à l’idée de débourser davantage.  

Capture d'écran

La Ville de Saint-Augustin paie aussi son propre procureur et sa propre firme de comptables dans ce dossier, rappelle-t-il. À brûle-pourpoint, il n’a toutefois pas été en mesure de préciser les sommes dépensées jusqu’à présent, lesquelles sont assurément moindres que celles de L’Ancienne-Lorette. 

« Ça fait plusieurs fois qu’on revient sur le même sujet et qu’il n’y a pas d’élément nouveau tant qu’à moi... Je n’irai pas commencer à payer une firme d’avocats qui ne travaille pas pour moi, idem pour une firme de comptables. J’ai aussi des avocats et des comptables qui travaillent pour moi et que je paie. Mais au-delà de ça, on va regarder ça. Je ne peux pas aller plus loin et vous donner une position officielle », a-t-il réagi en entrevue. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.