/news/politics

Chèques de la CAQ: des mesures qui ratent la cible pour contrer l’inflation, selon un organisme

Photo Stevens LeBlanc

L’envoi de chèques de 400 $ ou 600 $ pour contrer la hausse du coût de la vie ne permettra pas de combattre la pauvreté sur le long terme, créant juste une forme de pansement avec des mesures «insuffisantes et inéquitables», selon le Collectif pour un Québec sans pauvreté.

• À lire aussi: Legault appelle au vote :«on va vous envoyer un chèque de 400$ à 600$»

• À lire aussi: Des textos frauduleux vous promettent des chèques de la CAQ

Lors de la récente course électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait promis de verser avant Noël une somme de 600 $ pour les Québécois qui ont des revenus de moins de 50 000 $ et de 400 $ pour ceux qui ont des revenus entre 50 000 $ et 100 000 $.

Si le Collectif reconnaît qu’il peut s’agir d’un «coup de pouce» pour les personnes en situation de pauvreté, celui si ne sera pas suffisant.

«[Ce] coup de pouce va dans la plupart des cas être consacré aux factures impayées, à l'épicerie, à l'achat de vêtements pour l'hiver qui approche. Quand on manque de tout à l'année, un chèque de 600 $ est bien vite dépensé. Et que se passera-t-il après?» a souligné mercredi par communiqué le porte-parole du Collectif, Serge Petitclerc.

Écoutez le segment économique d'Yves Daoust diffusé chaque jour en direct 9 h 35 via QUB radio :

«Comme il s'agit d'une aide ponctuelle, elle ne fera rien de plus que freiner momentanément l'appauvrissement des gens, sans pour autant améliorer leurs conditions de vie», a-t-il fait valoir.

L’idée de donner un chèque de 400 $ aux Québécois avec un revenu aisé a aussi été remise en question par le Collectif, qui juge que cette somme supplémentaire aurait pu être envoyée aux personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts.

En ce qui concerne les baisses d’impôt promises, il s’agirait aussi d’une mesure inéquitable pour l’organisme.

«Ces baisses d'impôt ne profiteront pas aux personnes les plus pauvres vu qu'elles n'en paient tout simplement pas. Ensuite, elles priveront le gouvernement de revenus qui auraient justement pu servir à les soutenir financièrement ou à financer les programmes sociaux et les services publics... qui en ont grand besoin», a avancé M. Petitclerc.

La bonification du crédit d’impôt pour solidarité, la hausse du salaire minimum ou encore l’augmentation des montants des prestations d’assistance sociale font partie des quelques solutions mises en avant par le Collectif pour aider les personnes en situation de pauvreté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.