/finance/pme

La confiance des PME continue de chuter en octobre

Business Team in einem Meeting mit Videokonferenz

Photo Adobe Stock

Le niveau d’optimisme des propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) a continué de chuter en octobre pour atteindre un niveau historique depuis le début de la pandémie, notamment en raison de la hausse des coûts, selon le Baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

• À lire aussi: Une expansion pour une PME malgré la pénurie de main-d’œuvre

• À lire aussi: Petites et moyennes entreprises: la productivité pour contrer l’inflation

«Les petites entreprises sont toujours confrontées à de nombreux défis, notamment l'incapacité à rembourser leurs dettes pandémiques et une nouvelle hausse du taux directeur de la Banque du Canada visant à juguler l'inflation», a déclaré Simon Gaudreault, économiste en chef et vice-président de la recherche à la FCEI.

M. Gaudreault a ajouté que 34 % des propriétaires de PME ont affirmé que leurs coûts d’emprunt affectaient leurs activités, contre 21 % en janvier dernier. Pourtant, 38 % des répondants ont estimé que leur entreprise se portait bien, contre 15 % qui ont assuré le contraire.

Les données dévoilées jeudi révèlent que l’indice de confiance à court terme, soit trois mois au Canada, a baissé de 3 points pour atteindre 46,4, alors que celui à long terme (12 mois) s’est établi à 51,4.

À l'échelle provinciale, sur le court terme, la Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador et l'Alberta ont enregistré les meilleurs gains dans l’indice de confiance. À l’inverse, l’Ontario est la province où l’indice de confiance à court terme a le plus chuté (-5,9 points pour atteindre 43,6), suivi du Québec (-2,4 points; 48,8).

«C'est le 6e mois consécutif que l'on observe une baisse de la confiance au Québec et c'est inquiétant. Une action gouvernementale est importante pour aider les PME à réduire les barrières qui freinent leur croissance, notamment l'inflation et les pénuries de main-d'œuvre», a indiqué François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI.

Le secteur le moins optimiste est celui du commerce de détail, alors que celui des arts, des loisirs et de l’information est le secteur le plus optimiste au pays.

«Généralement, pour cette période de l'année, on s'attend à ce que le secteur du commerce de détail soit très optimiste. [...] Cela reflète bien le niveau de préoccupation des propriétaires de PME face à l'inflation et aux faibles prévisions de dépenses des consommateurs», a révélé Andreea Bourgeois, directrice de l'économie à la FCEI.

Le Baromètre des affaires a été mené auprès de 752 membres de la FCEI lors d’un sondage par Internet entre le 6 et le 13 octobre 2022.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.