/news/world

La planète Mars n'est «pas si morte que ça»

L'essentiel de l'activité sismique détectée sur la planète Mars par la mission InSight montre que la planète rouge «n'est pas si morte que ça», avec des mouvements de magma identiques à ceux à l’œuvre sur Terre ou Vénus.

• À lire aussi: Écoutez le son du séisme record survenu sur Mars

• À lire aussi: Mars: Perseverance confirme la pertinence de la recherche de la vie

• À lire aussi: La NASA dévoile les toutes premières vidéos de l’amarsissage de Perseverance sur Mars

Les images de la surface désolée de Mars obtenues par les sondes qui s'y sont posées sont trompeuses. 

Car même si «l'activité volcanique principale de la planète remonte à 3,5 milliards d'années, elle n'est pas si morte que ça», commente Clément Perrin, physicien au laboratoire de planétologie et géosciences de Nantes Université.

Écoutez l'entrevue avec Loïc Quesnel, coordonnateur d’activités en loisirs scientifiques au Planétarium Rio Tinto Alcan sur QUB radio:

Mars est même bien vivante, à en croire les secousses périodiques des séismes enregistrées depuis février 2019 par la mission InSight. Son sismomètre, un instrument de haute précision développé par le Centre national d'études spatiales (CNES), est posé à plus de 1200 km des Fosses de Cerbère (Cerberus Fossae). 

Cette dernière est l'une «des zones les plus jeunes sur Mars, de l'ordre de 10 millions d'années», explique M. Perrin, «avec des fractures ouvertes, qui sont associées à des activités volcaniques», explique M. Perrin qui cosigne dans Nature l'étude menée par Simon Stähler, de l’École polytechnique de Zurich.

Écoutez la brève d’actualité avec Alexandre Moranville diffusée chaque jour en direct 12 h 55 via QUB radio:

Ces fosses, de «véritables canyons, de plusieurs centaines de km de long, jusqu'à un kilomètre de large et un kilomètre de profondeur», intéressent les chercheurs à plus d'un titre. Une étude géologique récente y a montré, avec l'aide d'images prises par une sonde orbitant Mars, les restes d'une activité volcanique datée de 50 000 à 200 000 ans. Autrement, dit, quelque chose d'«assez jeune, ce qu'on peut avoir avec des volcans en dormance en France», dit M. Perrin.

Questions autour du magma

La mission InSight apporte un regard neuf à ces données, et la confirmation, avec son étude sismique, que la planète est bien vivante, même si on n'y voit aucun volcan en activité.

«Avant de partir sur Mars avec InSight on se disait qu'elle était un peu en fin de vie, avec un noyau plus très actif», raconte le physicien. Les chercheurs s'attendaient à trouver un astre secoué de «petits séismes venant d'un peu partout», signe qu'il se contracte lentement en se refroidissant. Comme le font aujourd'hui la Lune ou Mercure. 

Mais le sismomètre d'InSight a enregistré toute autre chose, «majoritairement une source montrant une activité interne de la planète». La machine a détecté, dans la zone des Fosses de Cerbère, des séismes que les scientifiques attribuent à des circulations de magma, de la roche en fusion, dans la croute de Mars à des profondeurs allant de 15 à 50 km. 

«Même si nous avons encore beaucoup à apprendre, la preuve d'un magma potentiel sur Mars est intrigante», selon Anna Mittelholz, post-doctorante au polytechnique de Lausanne, et citée par l'Université. 

Pour sa part, le Pr Stähler se demande si «ce que nous voyons est les derniers restes d'activité d'une région anciennement volcanique ou si le magma est en train de se déplacer vers l'Est et une nouvelle zone d'éruption».

Pour en avoir la réponse, il faudra rapidement un remplaçant à la mission InSight, dont le sismomètre devrait cesser de fonctionner dans les mois qui viennent. Ses panneaux solaires, encombrés de poussière, ne lui fourniront plus assez d'électricité pour fonctionner.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.