/news/politics

Le PQ et QS devront prêter serment au roi pour siéger

S’ils maintiennent leur refus de prêter serment au roi Charles III, les députés solidaires et péquistes pourront être expulsés du Salon bleu, vient de trancher le président de l’Assemblée nationale. 

• À lire aussi: «On ne va pas prêter serment au roi Charles III»: Pascal Bérubé persiste et signe

Les élus de Québec solidaire et du Parti québécois ont refusé de prêter allégeance à la couronne britannique au cours des dernières semaines, préférant prononcer uniquement le serment au peuple du Québec. 

Écoutez l'entrevue avec Pascal Bérubé à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 7 h 45 via QUB radio : 

Les deux formations comptaient sur les négociations qui s’ouvriront demain avec les autres partis politiques à l’Assemblée nationale afin de trouver un moyen de siéger sans se soumettre à cette exigence prévue dans la constitution canadienne. 

Dans une lettre adressée à l’ensemble des formations politiques, le président sortant de l’Assemblée nationale, François Paradis, écrit : « Dans ce contexte, la présidence n’a pas le pouvoir de dispenser un député d’une obligation constitutionnelle et elle ne peut juger recevable une motion qui permettrait de passer outre à cette obligation ». 

Écoutez le segment Tout savoir en 24 minutes avec Alexandre Moranville-Ouellet sur QUB radio :

« Par ailleurs, et afin que tous les parlementaires saisissent bien la portée de la présente décision, je donne l’ordre formel à la sergente d’armes de veiller à ce que la présente décision soit appliquée de manière que les députés qui n’ont pas prêté serment ne puissent prendre place dans la Salle de l’Assemblée nationale ou dans l’une de ses commissions. Dans le cas où une personne refuserait de se plier à cette interdiction, la sergente d’armes sera légitimée de l’expulser », écrit le président. 

 Écoutez la rencontre Nantel-Durocher diffusée chaque jour en direct 15 h via QUB radio :
 

Le PQ inflexible

Du côté du Parti québécois, on a cherché à minimiser la portée de l’avis de François Paradis dans ce dossier. «C’est son opinion, a lancé Pascal Bérubé en entrevue à LCN. On a douze avis juridiques très concrets, la CAQ n’en a aucun.» 

Le député de Matane-Matapédia estime par ailleurs que François Paradis fait preuve de partisanerie en rendant cette décision, qu’il qualifie de «mission commandée pour ses collègues de la CAQ». 

Les trois élus du PQ n’ont toujours pas l’intention de prêter serment au roi, malgré la perspective de ne pas pouvoir siéger à l’Assemblée nationale. «On ne cèdera pas et on se tient debout», a tranché Pascal Bérubé. 

- Avec la collaboration de l’Agence QMI et d’Alain Laforest

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.