/news/politics

Augmentation des seuils d’immigration au Canada: un «problème», dit Legault

Malgré l’intention du gouvernement fédéral d’accueillir 500 000 immigrants par année à compter de 2025, le gouvernement Legault ne bronche pas. Il compte limiter à 50 000 le nombre de nouveaux arrivants qui pourront s’établir dans la province.

• À lire aussi: Ottawa veut accueillir 500 000 immigrants par année dès 2025

• À lire aussi: Immigration: l’Ontario espère toujours des pouvoirs similaires à ceux du Québec

Mardi, le ministre fédéral de l’Immigration Sean Fraser a dévoilé un plan d’immigration triennal qui prévoit l’accueil de 500 000 nouveaux résidents permanents par année au pays à partir de 2025.Si la répartition se faisait de manière proportionnelle, cela représenterait 100 000 immigrants économiques par année au Québec, soit le double de sa cible actuelle, fixée à 50 000.

«Déjà à 400 000, il y avait un problème, donc à 500 000, encore plus», a commenté le premier ministre à son arrivée à ses bureaux, mercredi matin.François Legault dit comprendre qu’il y a des objectifs économiques à l’augmentation des seuils d’immigration, mais il fait valoir que le Québec a le «défi spécial» de protéger et de promouvoir le français.

«Déjà à 50 000, on a de la difficulté à arrêter le déclin du français», a-t-il remarqué.Le premier ministre a également souligné que lors de la dernière campagne électorale, le parti qui proposait le seuil d’immigrants le plus élevé l’avait fixé à 80 000.

«Là, si vous faites un petit calcul, 23% de 500 000, on serait presque au double de ce que (propose) le parti qui en propose le plus», a lancé le premier ministre.

«Vraiment là, il va falloir que M. Trudeau, M. Rodriguez, et les gens à Ottawa comprennent qu’on a un défi ici et qu’on veut garder le français à long terme», a conclu François Legault.Poids démographique

Écoutez la rencontre Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct via QUB radio: 

À son entrée au conseil des ministres, la nouvelle ministre de l’Immigration, Christine Fréchette, a exprimé que le Québec conserve le pouvoir de fixer le nombre d’immigrants qu’il reçoit chaque année, et qu’il est impératif de respecter «la capacité d’accueil» de la province.

«On a une capacité d’accueil qui fait en sorte qu’on peut recevoir 50 000 immigrants permanents par année», a-t-elle affirmé.Or, un tel écart entre le seuil canadien et le seuil québécois risquerait d’accélérer la chute du poids démographique du Québec dans la fédération canadienne.François Legault assure que des «garde-fous» existent. 

«Le pourcentage de député au total qui est accordé au Québec est déjà un petit peu plus élevé que le pourcentage de la population. 

Il faut conserver ça», a-t-il dit.Sa ministre a toutefois admis que le gouvernement s’en remet sur cette question «à un engagement du premier ministre canadien sur cette nécessité d’assurer une représentation stable du Québec à la Chambre des communes.» Elle a également fait valoir que les oppositions, au fédéral, sont d’accord sur la question, et que cela est «rassurant».

 Écoutez la rencontre Montpetit-Déry diffusée chaque jour en direct 13 h 55 via QUB radio :
 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.