/finance/realestate

Du jamais vu depuis 2011: chute draconienne des transactions immobilières au Québec

On savait que l’activité immobilière roulait au ralenti. On sait maintenant qu’elle a atteint son plus bas niveau des dix dernières années. 

Selon les plus récentes données disponibles, le territoire de l’île de Montréal a connu en octobre une chute de 59 % du nombre de transactions résidentielles, par rapport à la même date un an plus tôt. En septembre, les ventes résidentielles n’avaient baissé que de 41 %.

«Depuis 2011, je n’ai jamais vu une chose pareille, soutient Daniel Langlois, le cofondateur de Terram, qui se spécialise dans l’analyse de données foncières et commerciales au Québec.

Il s’est vendu en octobre sur l’île de Montréal, seulement 1377 résidences. En octobre 2021, alors qu’on sentait déjà l’approche d’un ralentissement, l’activité résidentielle (tout genre confondu) s’était soldée par 2 192, soit 59 % de plus que le mois dernier.

L’insécurité financière des ménages, la crainte de récession, les poussées inflationnistes sur les biens et services et les hausses successives des taux directeurs pourraient expliquer selon M. Langlois le phénomène observé.

L’Outaouais et les couronnes

Un phénomène que l’on retrouve d’ailleurs un peu partout sur le territoire de la province. L’Outaouais, par exemple, affiche une chute de 55 % du nombre de transactions en octobre par rapport à l’année précédente.

À Laval et en Montérégie, qui comprend Longueuil, on parle d’une chute de 51 %, en Estrie d’une baisse de 47 %, et de la région de la Capitale-Nationale, de 23 %. Pour l’ensemble du territoire du Québec, on parle d’une baisse de 38 % en octobre, ou de 27 % lorsqu’on calcule les dix premiers mois de l’année.

Difficile, dans ces circonstances, d’imaginer à court terme le moindre signe d’embellie, reconnaît le PDG de Terram. Même que, s’appuyant sur ses trente ans d’expériences dans le domaine, la tendance à la baisse risque bien de se poursuivre.

«La Fed a encore haussé son taux directeur hier. Tout le monde s’attend à ce que la Banque du Canada l’imite... Qu’est ce que tu fais quand les taux sont trop élevés? Normalement, tu n’empruntes pas et tu n’achètes pas. C’est ce à quoi on assiste présentement.»

Un creux historique

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), qui regroupe les courtiers de la plupart des régions de la province, semble avoir la même lecture.

Selon les données qu’elle vient de diffuser, en s’appuyant que sur les seules statistiques de Centris, dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, le nombre transactions a diminué en octobre de 35 % par rapport à octobre 2021, et de 43 % si l’on ne prend en compte que l’île de Montréal.

«La chute des ventes s’est accentuée en octobre, observe Charles Brant, directeur du Service de l’analyse de marché de l’APCIQ. D’ailleurs, poursuit-il, le système Centris n’avait jamais enregistré un aussi faible niveau de transactions à cette période habituellement active de l’année, soit depuis 2000.»

Pour la province dans son ensemble, le nombre de transactions a chuté de 29 % le mois dernier, par rapport à la même période en 2021. Les plex (-39 %) et les copropriétés (-37 %) ont été les plus durement frappés par ce recul.

Québec épargnée

La RMR de Québec semble pour sa part être épargnée des chutes abruptes d’activités enregistrées ailleurs. Elle a fait face en octobre à un effritement des transactions de 17 % comparativement à octobre 2021, une baisse significativement moins importante que la moyenne provinciale.

Dans cette région, estime Charles Brandt, le marché est surtout stimulé — en particulier dans le segment haut de gamme — par une masse d’acheteurs expérimentés. Le niveau moins élevé des prix des propriétés face à la capacité financière des ménages constituerait également un facteur. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.