/sports/homepage

Exposées et notées sur Instagram : un hockeyeur des Patriotes dans l'eau chaude

Plusieurs étudiantes de l'Université de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont dénoncé un joueur de hockey de l’équipe universitaire des Patriotes qui aurait créé un compte Instagram où il attribuait une note à des femmes, dont certaines avec qui il aurait eu des relations intimes.

Leur photo, leur nom ainsi que des informations personnelles comme leur nationalité ou leur date de naissance ont été dévoilés.

«Je trouve ça stressant, malaisant. Je trouve que ça porte préjudice beaucoup à la personne en tant que telle et aux Patriotes», a mentionné l'une des présumées victimes qui a préféré garder l'anonymat.

C'est une personne anonyme qui a alerté les jeunes femmes de cette situation par le biais des réseaux sociaux.

«J'ai découvert qu'un compte Instagram a été fait par un joueur de l'équipe masculine de hockey de l'UQTR. [...] Le compte affiche plus d'une douzaine de filles. [...] La première publication date du 22 août 2022 et la plus récente le 30 octobre 2022», a-t-elle écrit aux étudiantes.

«Moi, admettons, au début, je ne réalisais pas. Je suis anxieuse dans la vie et j'ai presque de la misère à dormir», a avoué l'une des jeunes femmes exposées.

Bien que le compte soit maintenant supprimé, des captures d'écran circulent toujours, ce qui fait craindre le retour à l'école pour plusieurs.

«On dirait que ça me fait peur. Tu sais, on est les deux à l'UQTR, alors il y a des chances que je puisse le croiser ou le voir», a-t-elle ajouté.

«Je suis là, dans les événements, et il y a comme une anxiété sociale de me dire ''qui a vu ça? Qui en entendu parler? J'ai l'air de quoi? Je ne suis pas retournée à l'université depuis parce que ça me stress de le croiser», a expliqué une autre des présumées victimes jointe par téléphone.

L'UQTR a été mis au courant des allégations et a confirmé que des mesures temporaires peuvent être mises en place le temps de faire une enquête et de vérifier les faits.

«Tout de suite vendredi, dans la même journée que ces informations-là sont arrivées, le message a été transmis à la direction qui a pris action afin de s'assurer qu'on puisse mener enquête», a expliqué le porte-parole de l'UQTR, Jean-François Hinse.

Le joueur de hockey a avoué les faits à l'une des femmes exposées.

«Honnêtement, je suis vraiment désolé. Je n'ai pas vraiment pensé en le faisant. Je pensais que c'était drôle, mais c'était vraiment une erreur et maintenant, je paie pour ça. [...] J'ai été maladroit. Je pensais que ça allait être juste pour moi», a-t-il dit.

Il s'est aussi mérité une suspension administrative temporaire le temps du déroulement de l'enquête. Pour l'instant, il n'a pas pu enfiler ses patins cette dernière fin de semaine. La mesure pourrait être prolongée.

«J'espère qu'il va vraiment y avoir quelque chose de mis en place par rapport à ça et c'est vrai que ça m'inquiète que ce soit un joueur de hockey, parce que c'est tellement une culture qu'on vénère au Québec», a expliqué la jeune femme au bout du fil.

Certaines étudiantes comptent porter plainte auprès de l'UQTR dans les prochains jours.

Des discussions sont en cours à la direction de l'école pour d'abord en savoir plus sur les événements et s'il y a lieu, de sévir s'il y a des accusations.