/news/coronavirus

Un «moment critique» pour les hôpitaux pédiatriques

Avec la pénurie de médicaments pour enfants et la montée des infections en tous genres, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) supplie les parents de faire vacciner leurs enfants dans ce qui est un «moment critique» pour les hôpitaux pédiatriques. 

• À lire aussi: Pénurie de médicaments pour enfant: la situation s’améliore, mais la demande reste forte

Santé Canada «travaille très fort» avec les fabricants pour tenter de mettre la main sur ces médicaments en plus gros volume, mais la tâche n’est pas facile, explique l’administratrice-en-chef de l’ASPC, la Dre Theresa Tam.

En point de presse jeudi, la Dre Tam a fait savoir qu’elle tentait par tous les moyens de convaincre les parents de faire vacciner leurs enfants contre les maladies infectieuses qui remplissent les hôpitaux pour enfants, comme la COVID-19, le virus respiratoire syncytial (VRS) ou encore la grippe saisonnière.

«Nous essayons de nous assurer que les fournisseurs de services de santé comme les pédiatres ont l’information dont ils ont besoin pour répondre aux questions des parents», a-t-elle déclaré.

Une campagne en ce sens est en cours, et de l’aide est aussi fournie à l’Association des pharmaciens du Canada pour guider, voire rassurer les parents plus réticents à faire vacciner leurs enfants.

La Dre Tam reconnaît que bien des parents ont encore une «mauvaise compréhension» de la vaccination et qu’il est plus difficile de convaincre les gens de l’efficacité de la vaccination après près de trois ans de pandémie.

La pénurie de médicaments frappe surtout les produits pour enfants, comme les Tylenols ou les Advils ou encore les antibiotiques comme l’amoxicilline, qui sert à soigner les bronchites, les pneumonies et les otites chez les enfants.

Santé Canada rapportait récemment que quatre des douze fabricants d’antibiotiques font face à des ruptures de stock d’amoxicilline, entre autres.

Theresa Tam a par ailleurs expliqué que les infections à la COVID-19 sont en voie d’atteindre un plateau et elle s’attend à ce que le nombre diminue prochainement. C’est le contraire en ce qui concerne le VRS ou la grippe saisonnière, qui sont toutes deux dans une courbe ascendante.

«Il y a une dynamique en jeu entre ces virus et nous ne comprenons pas entièrement ces dynamiques quand elles courent ensemble», ce qui complique davantage le portrait, a-t-elle expliqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.