/news/currentevents

Les pires contrevenants de la maltraitance animale: du fumier jusqu'aux jarrets

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Les vaches de l’éleveur Léo Raby étaient gardées dans des conditions insalubres.

Photo fournie par le MAPAQ

Les vaches de l’éleveur Léo Raby étaient gardées dans des conditions insalubres.

Québec a décerné 203 infractions pénales en lien avec le bien-être et la sécurité des animaux, entre juin 2020 et juin 2022. L’éleveur bovin Léo Raby, en Outaouais, est celui qui a payé les amendes les plus élevées depuis deux ans. En mai dernier, il a été condamné à 24 500 $ pour des infractions qui ont été commises en 2017 et 2018.

• À lire aussi: Maltraitance animale: elle élève 123 chiens... chez elle

• À lire aussi: Maltraitance animale: un récidiviste lance son chat de son balcon

• À lire aussi: Joliette, capitale québécoise de la maltraitance animale

Notre Bureau d’enquête a identifié ceux qui se sont fait prendre le plus souvent. Nous vous présentons ici l'un des pires cas. Nous avons également obtenu les rapports avec photos du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Certains contrevenants ont accepté de donner leur version des faits alors que d’autres ont refusé nos demandes d’entrevue. 

Le MAPAQ lui reprochait de ne pas avoir offert aux animaux un lieu salubre et de ne pas s’être assuré que ses bêtes reçoivent des soins nécessaires. 

Un rapport d’infraction souligne entre autres la carcasse d’un veau trouvée dans un pâturage auquel tous les animaux avaient accès.

Photo fournie par le MAPAQ
Contenu sensible
Cette image peut être dérangeante pour certaines personnes.
Révéler l'image
Photo fournie par le MAPAQ

«Pour accéder à l’aire d’alimentation, les vaches passent par un monticule de fumier/terre humide, elles en ont jusqu’aux jarrets», notent aussi les inspecteurs. 

Dans un autre champ, 40 cm d’épaisseur de fumier s’accumulaient au sol. 

De la tôle froissée aux rebords minces, coupants et rouillés, tout près des animaux, posait également problème. 

Questionné par TVA Ottawa-Gatineau en juin dernier, peu de temps après sa condamnation, Léo Raby a affirmé avoir eu des ennuis de santé et avoir dû s’occuper de sa mère comme proche aidant. Cela l’empêchait de pas- ser du temps sur leur ferme. 

«Je ne vous dis pas que je suis 100 % sur la coche, je dis simplement que je fais tout ce qui est possible en fonction d’élever mes animaux. Et mes animaux, c’est comme mes enfants. Moi, j’aime assez les animaux pour ne pas les maltraiter. Mes animaux ont tous les soins possibles», avait-il affirmé. 

Il a indiqué à TVA Ottawa Gatineau qu’il allait payer sans porter la décision en appel. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.