/regional/abitibi

Premiers traitements de radiothérapie à Rouyn-Noranda avec un retard de près d’un an

Émilie Parent-Bouchard / AGENCE QMI

Les premiers traitements de radiothérapie ont finalement été offerts lundi au Centre de radio-oncologie de l’Abitibi-Témiscamingue, à Rouyn-Noranda, avec près d’un an de retard.

Ce nouveau service permettra aux citoyens de la région d’être soignés sans devoir se déplacer à plus de 500 kilomètres de chez eux, à Montréal ou à Gatineau.

Émilie Parent-Bouchard / AGENCE QMI

«C’est une très belle journée, a lancé d’emblée la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Caroline Roy, en procédant à cette annonce. On va graduellement intégrer d’autres types de traitements pour avoir une offre de services complète dans quelques mois. On a actuellement une radio-oncologue sur trois. On doit aussi recruter d’autres technologues, dont certains qui proviennent de la région qui sont actuellement en formation et qui devraient venir rejoindre l’équipe dans les prochaines années.»

Émilie Parent-Bouchard / AGENCE QMI

Le Centre de radio-oncologie de Rouyn-Noranda est, parmi les centres du même genre au Québec, le plus éloigné des grandes villes où des traitements de radiothérapie sont dispensés.

Lundi, deux patients ont été les premiers à recevoir ce type de soins en Abitibi-Témiscamingue. Cette première devait toutefois avoir lieu en janvier dernier. Le retard est dû à un manque de technologues en radiothérapie. Étant donné que l’équipe n’est pas encore complétée, le CISSS-AT prévoit y aller graduellement, avec d’abord les traitements palliatifs qui servent à atténuer les douleurs et symptômes des patients en fin de vie.

Émilie Parent-Bouchard / AGENCE QMI

La population de la région, qui avait 30 % moins recours à la radiothérapie que les autres Québécois faute de services de proximité, aura finalement accès cette munition de l’arsenal thérapeutique contre le cancer. Chaque année, quelque 400 patients de la région n’auront donc plus à faire des centaines de kilomètres pour se faire soigner.

Le nouveau Centre de radio-oncologie régional a nécessité des investissements de 41,5 millions $, dont 34,8 pour la construction et 6,6 en équipement et mobilier.

Émilie Parent-Bouchard / AGENCE QMI

Les autorités de la santé ont profité de son inauguration, lundi, pour annoncer où sera situé l’endroit où les patients et leurs proches seront hébergés pendant leurs traitements de radiothérapie. Il sera à moins de 200 mètres du Centre de radio-oncologie et pourra accueillir une dizaine de patients à la fois.

«On espère le début de la construction au printemps 2023, en vue d’une ouverture le plus tôt possible en 2024», a indiqué la directrice générale de la Fondation santé de Rouyn-Noranda, Stéphanie Thuot, précisant qu’il s’agit d’un projet évalué à près de 10 millions $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.