/news/society

Triple épidémie : le masque «est le seul outil qu’on aurait», selon un pédiatre

Le retour de certaines habitudes pendant la pandémie de la COVID-19 pourrait aider à diminuer le nombre d’infections à certains virus, selon un pédiatre infectiologue.

• À lire aussi: Le port du masque sur une base volontaire est-il suffisant pour réduire la transmission des virus?

• À lire aussi: Triple épidémie de virus respiratoires: faut-il forcer les gens à porter un masque en public?

• À lire aussi: L’Ontario recommande fortement le port du masque

«On sait que le port du masque, le lavage fréquent des mains et de ne pas sortir de chez soi lorsque nous sommes contagieux sont des mesures qui freinent la transmission de ces virus respiratoires dans la communauté et c’est en ce moment, les seuls outils qu’on aurait pour essayer de passer au travers», dit le pédiatre infectiologue et microbiologiste à l’hôpital de Montréal pour enfants, Dr Jesse Papenburg.

La hausse de cas du virus respiratoire syncytial et de la COVID-19 surcharge les hôpitaux de la province.

«En ce moment, nous vivions une situation de crise. On espère que cela va être temporaire, mais dans le réseau pédiatrique, nous ne sommes plus capables de gérer l’abondance, le tsunami d’infection virale respiratoire. Nos hôpitaux, les urgences, les étages et les soins intensifs sont au-delà de leur capacité», dit-il.

Les mesures appliquées pendant la pandémie ont freiné la propagation de la COVID-19, mais aussi de plusieurs virus, ce qui fait en sorte que la population pourrait être plus vulnérable en ce moment.

«Je ne veux pas dire que ça nous a affaiblis. Je ne voudrais pas que les parents pensent qu’à cause des mesures sanitaires, le système immunitaire de leur enfant est moins fort, ce n’est pas un muscle, mais la population générale n’a pas eu une exposition récente à certains virus, ce qui fait en sorte que leur taux d’anticorps a diminué», souligne le pédiatre infectiologue et microbiologiste.

Voyez ses explications dans la vidéo ci-dessus.