/news/society

Triple épidémie de virus respiratoires: faut-il forcer les gens à porter un masque en public?

La forte propagation des virus respiratoires et les débordements dans les urgences pédiatriques poussent plusieurs experts, dont le Collège des médecins, à recommander le port du masque dans les lieux publics. 

• À lire aussi: Le port du masque sur une base volontaire est-il suffisant pour réduire la transmission des virus?

• À lire aussi: COVID-19: le Collège des médecins du Québec recommande le port du masque

Cette mesure permettrait de réduire la transmission de ces virus chez les enfants, dont le système immunitaire est plus sensible à ces virus en raison des mesures sanitaires mises en place dans les dernières années pour faire face à la COVID-19. 

Si le port du masque est recommandé, il ne serait toutefois pas nécessaire de le rendre obligatoire comme c’était le cas pendant la pandémie.

«Je ne crois pas qu’on est rendus à obliger, pas à ce qu’on a connu auparavant, de porter le masque et faire une ségrégation entre ceux qui le portent et ceux qui ne le portent pas», affirme Marc Hamilton, président de l’Association des microbiologistes du Québec, à TVA Nouvelles. 

Ce dernier est plutôt d’avis qu’il faudrait miser sur la sensibilisation, plutôt que les mesures coercitives. 

«Le but, c’est vraiment d’éduquer les gens à éviter de transmettre toute forme de virus respiratoire», dit-il.

M. Hamilton prend en exemple une personne dans une salle de cinéma qui tousse. 

«En principe, parce qu’elle a des symptômes, [cette personne] aurait dû, du moins, porter un masque pour protéger, pas lui-même, mais les autres qui sont dans la salle», soutient-il. 

La responsabilité de porter un masque reviendrait donc à chaque personne, et non pas au gouvernement. 

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.