/news/law

L’ex-employé d’Hydro formellement accusé d’espionnage

Première au Canada, Yuesheng Wang, 35 ans, qui travaillait chez Hydro-Québec depuis 2018, formellement accusé d’espionnage au palais de justice de Longueui. Le suspect aurait obtenu des secrets industriels de la société d’État au profit de la Chine.

• À lire aussi: Espion en télétravail: des secrets d'Hydro-Québec divulgués en Chine depuis la banlieue

• À lire aussi: Un employé d’Hydro-Québec accusé d’espionnage au profit de la Chine

Les chefs d’accusation contre le suspect arrêté hier par la GRC sont obtention de secrets industriels, utilisation non autorisée d'ordinateur, fraude pour avoir obtenu des secrets industriels et abus de confiance par un fonctionnaire public.

L’homme a comparu ce matin par visioconférence. Le Tribunal a retenu les services d’un interprète chinois parce que le suspect ne parle pas français et à peine anglais. 

 À la lecture de chaque acte d’accusation, Yuesheng Wang a hoché de la tête, manifestant son désaccord.

«C’est une réaction normale, c’est humain. C’est quand même quelqu’un qui est accusé de choses graves», a expliqué son avocat Me Gary Martin.

Le suspect a insisté cependant pour qu’on tienne aujourd’hui son enquête sur sa remise en liberté, toutefois son avocat lui a suggéré le contraire dans l’attente de la transmission plus complète de la preuve. 

Lorsque la juge l’a interpellé, Me Wang a répondu en mandarin: «Oui je vous entends bien.» Son avocat a quand même demandé à l’interprète de lui lire les quatre chefs d’accusation auxquelles il fait face. Le suspect a hoché la tête en signe de désapprobation. 

Wang demeure détenu

La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté puisqu’il représente un risque de fuite du Canada. 

«Notre évaluation de la preuve nous laisse croire qu’il y a un risque sérieux que monsieur ne se présente pas pour faire face aux procédures», a mentionné le procureur de la Couronne fédérale, Me Marc Cigana, à la presse.

«Cette procédure sera plus longue qu’à l’habitude, eu égard aux accusations. Il y a beaucoup de preuves à venir encore, on n’est qu’à la première étape», a précisé Me Martin.

Yuesheng Wang est détenu au quartier général de la GRC à Westmount et le restera jusqu’à sa prochaine comparution, vendredi. D’ici là, une partie de la preuve sera transmise à l’avocat de l’accusé. 

Présente au palais de justice de Longueuil, la copine de l’accusée, Cassie Zheng, n’a pas souhaité accorder d’entrevues. Hors caméra, elle a indiqué qu’elle n’était pas au courant des agissements allégués de son conjoint et s’est dite surprise par son arrestation.

Écoutez la rencontre Foisy - Bureau diffusée chaque jour en direct 8 h 05 via QUB radio : 

Télétravail de chez lui à Candiac

Selon notre Bureau d’enquête, Yuesheng Wang, qui était à l’emploi du Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie (CEETSE) d’Hydro-Québec, faisait du télétravail de chez lui à Candiac, et il n’avait pas fait l’objet d’une habilitation sécuritaire, malgré les renseignements stratégiques auxquels il avait accès.

L’ex-employé aurait ainsi obtenu des informations, des secrets industriels dans le cadre de son travail et il en aurait fait profiter la République populaire de Chine au détriment des intérêts économiques du Canada.

L'Équipe intégrée sur la sécurité nationale de la GRC a entamé une enquête en août 2022 après avoir reçu une plainte de la Direction de la sécurité corporative d'Hydro-Québec. 

Yuesheng Wang a été congédié par la société d’État, il y a quelques semaines. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.