/news/world

Au moins neuf morts lors d'affrontements dans une prison

Au moins neuf personnes ont été tuées vendredi dans des affrontements entre détenus dans une prison de la capitale équatorienne Quito, a-t-on appris de source officielle.

• À lire aussi: Équateur: 15 morts lors d’une émeute dans une prison; la violence reprend

• À lire aussi: État d'urgence en Équateur après une vague de violence des narcos

• À lire aussi: Deux corps décapités retrouvés pendus à un pont en Équateur

Désormais «il y a dix décès confirmés» dans la prison de Pichincha 1, a indiqué l'administration pénitentiaire (SNAI) sur WhatsApp.

Un précédent bilan faisait état de neuf morts.

Les détenus tués, qui ne présentent pas de blessure par arme à feu ou couteau, ont été «apparemment étranglés», a déclaré à la presse le général de police Victor Herrera.

Le général chargé de la sécurité à Quito a précisé que les forces de l'ordre avaient maîtrisé la situation.

AFP

Le bureau du procureur «va ouvrir une enquête», avait auparavant annoncé le parquet sur Twitter.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré un hélicoptère survolant la prison, située dans le nord de la capitale.

Ces violences interviennent quelques heures après le transfert par les autorités pénitentiaires d'un redouté chef de gang, nommé Bermudez, depuis cette prison vers un autre centre pénitentiaire de haute sécurité, dans la grande ville portuaire de Guayaquil.

Un autre chef de gang a lui aussi été transféré le même jour d'une autre prison vers Guayaquil.

AFP

Annonçant dans la matinée cette mesure d'isolement visant ceux qui cherchent à «créer le chaos», le président équatorien Guillermo Lasso avait diffusé des photos de l'opération.

Les centres de détention du pays sont le théâtre de violences récurrentes entre gangs rivaux. Depuis février 2021, on recense huit massacres dans ces prisons et 400 détenus tués, la plupart démembrés et brulés.

Les dernières violences remontent au 8 novembre, lorsque huit détenus sont morts dans la prison d'El Inca.

Début novembre, le gouvernement a entamé le transfèrement de 2 400 détenus, déclenchant une violente offensive des bandes criminelles liées au narcotrafic. Ces groupes illégaux ont mené des attentats à la voiture piégée près de stations-service et de casernes de police et ont provoqué des fusillades.

AFP

Huit personnes, dont cinq policiers, sont mortes dans ces attaques survenues à Guayaquil, ville portuaire stratégique pour le transport de la drogue vers les États-Unis et l'Europe, devenu un fief des mafias rivales du narcotrafic.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.