/news/politics

Basketball scolaire: Québec déclenche une enquête après des allégations d’abus

 La ministre du Sport, Isabelle Charest, a promis d’aller au fond des choses en ordonnant une enquête à la suite des dénonciations de plusieurs ex-joueuses de basketball qui ont reproché à l’entraîneur Danny Vincent des gestes d’abus physiques, d’harcèlement psychologique et de violence verbale.  

• À lire aussi: Un entraîneur de basketball dénoncé par d’ex-joueuses

• À lire aussi: Allégations d'abus: le passage de l'entraineur Danny Vincent effacé à Shawinigan

• À lire aussi: Abus physiques et psychologiques par un entraîneur: Basketball Québec était au courant

En entrevue à TVA Nouvelles, Mme Charest, s’est dite «très préoccupée» par les témoignages d’athlètes qui ont décidé de briser le silence sur les abus qu’elles disent avoir vécu.  

«Voir ce reportage nous force à se questionner, à savoir si les mécanismes en place sont adéquats», a-t-elle affirmé.  

Elle a aussi tenu à souligner le courage des victimes, et a incité celles qui pourraient subir des pressions de la part de leur entraîneur à dénoncer via la plateforme Je porte plainte.  

Rappelons que l’équipe de l’émission J.E a recueilli les témoignages de sept femmes concernant l'entraîneur qui a travaillé en Mauricie, dans la région de Montréal et ailleurs au pays. Selon elles, il s’est livré à des gestes d’intimidation, de violence psychologique, verbale et physique auprès de jeunes joueuses entre la fin des années 1990 jusqu’en 2011. 

Trois ministères 

Trois ministères sont impliqués dans cette nouvelle enquête administrative visant le basketball scolaire. La ministre responsable du Sport, Isabelle Charest, collaborera avec le ministère de l'Éducation et celui de l'Enseignement supérieur. 

L’enquête visera « l'administration, l'organisation et le fonctionnement des établissements scolaires et des organismes sportifs concernés», peut-on lire dans un communiqué de presse émis vendredi soir.  

Une attention particulière sera portée à la gestion des cas d’abus physiques et psychologiques. Le gouvernement veut obtenir un portrait de la situation avant de déterminer «les actions supplémentaires à prendre».  

Relations sexuelles 

Parmi les femmes qui ont témoigné, on retrouve l’ex-joueuse vedette Élise Caron qui a notamment révélé avoir eu des relations sexuelles avec son entraîneur alors qu’elle n’était âgée que de 18 ans. Danny Vincent lui aurait déclaré son amour alors qu’elle n’avait que 15 ou 16 ans. Parmi les gestes reprochés, il aurait aussi tapé les fesses de joueuses, lancé des objets et tenu des propos désobligeants sur le physique de certaines athlètes. 

Selon nos informations, au moins trois établissements d’enseignement ont reçu des plaintes de joueuses dénonçant les comportements de l'entraîneur au cours des trente dernières années. L’organisme Basketball Québec aurait lui aussi informé des agissements de Vincent, selon quatre sources rencontrées par notre Bureau d’enquête.  

Pourtant, Danny Vincent a pu continuer à entraîner dans divers établissements, malgré des enquêtes policières le visant et un congédiement. Il n’a toutefois jamais fait l’objet d’accusations au terme des enquêtes policières.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.