/news/culture

Jean Lapointe était «un homme simple, sensible, aimable», témoigne son fils

Le fils de Jean Lapointe, Jean-Marie Lapointe, a souligné le courage de son père qui n’a pas hésité à affronter ses démons, inspirant des milliers de Québécois à faire de même.

Jean-Marie Lapointe a raconté, en entrevue à LCN, qu’il se rappelle des conséquences de l’alcoolisme de son père, une maladie dont il est parvenu à se libérer.

«Je savais que quand papa avait une bière devant lui, ça devenait un autre papa. Cet autre papa-là était souffrant. C’était triste. Des fois, il avait des comportements pas le fun et des paroles pas toujours intéressantes, parfois blessantes. Mais je savais, même à l’âge de 5, 6 ans, que ce n’était pas mon vrai papa. Le vrai papa, c’est celui quand il ne boit pas, qui est heureux, présent et aimable», s’est remémoré celui qui a suivi les traces de son père en devant comédien et animateur.

Andre Viau / Le Journal de Montreal

M. Lapointe a brossé le portrait d’un homme «simple», auquel des milliers de Québécois peuvent s’identifier, entre son côté «bougon» avant son café du matin et ses problèmes.

«Quand papa prenait ma main et qu’il lui donnait un petit bisou, ben, c’est ça Jean Lapointe. C’est un homme simple. C’est un homme simple, sensible, aimable, généreux, qui n’a pas eu peur de montrer sa vulnérabilité et qui nous a tous touché ici au Québec de par son grand talent», a confié Jean-Marie Lapointe, la voix enrouée par l’émotion alors qu’il se trouvait toujours à la Maison de soins palliatifs St-Raphaël, où son père s’est éteint.

Le seul fils de Jean Lapointe parmi ses sept enfants retient notamment le courage de son père, qui a su admettre sa dépendance à l’alcool dans les années 70, une époque peut propice à ce genre de révélation.

Les archives / Le Journal de Montreal

«Ça prenait du courage de sortir de la garde-robe pour dire "bonjour, mon nom est Jean Lapointe. Je suis un alcoolique". L’alcoolisme, à cette époque-là, ce n’était pas une maladie, c’était des travers. C’était des paresseux, des ivrognes, des bons à rien», a-t-il souligné.

Écoutez l'entrevue avec Jean-Marie Lapointe à l’émission de Benoit Dutrizac diffusée chaque jour en direct 13 h via QUB radio:

«C’est ce que papa a fait. Il a trouvé un sens à sa souffrance en donnant son nom à la Maison Jean Lapointe et cette maison-là aujourd’hui, avec l’aide de la fondation, on aide des milliers de personnes chaque année», a ajouté Jean-Marie Lapointe.

Albert Vincent / Le Journal de Montreal

Outre son œuvre politique et philanthropique, les Québécois continuent à se remémorer de la carrière artistique de Jean Lapointe, a précisé Jean-Marie Lapointe en racontant que des gens lui parlent encore de numéros ou de chansons de son père.

«Il aimait être émerveillé, mais il aimait aussi toucher les gens et émerveiller les gens dans une salle de spectacle. Quand la caméra s’allumait, lui aussi il s’allumait. Il se donnait à fond. La carrière qu’il a eue et connue, c’est ce qui l’a rendu heureux», a-t-il dit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.