/news/society

L'armée plus inclusive: tatouages, cheveux longs et couleur sur les ongles maintenant permis

L’adjudant David Grenon a chanté l’hymne national au match des Blue Jays de Toronto le mois passé avec du vernis sur les doigts.

Photo courtoisie

L’adjudant David Grenon a chanté l’hymne national au match des Blue Jays de Toronto le mois passé avec du vernis sur les doigts.

Les tatouages dans le visage, les cheveux longs ou encore les ongles de couleur sont désormais permis pour les militaires depuis que la «barrière des genres» et des restrictions sur l’apparence physique a été abolie dans les Forces armées canadiennes.  

• À lire aussi: En pénurie de personnel, les Forces armées veulent accélérer le recrutement

Le 7 octobre dernier, l’adjudant David Grenon a chanté l’hymne national canadien lors d’un match des Blue Jays de Toronto en portant fièrement un vernis bleu royal visible sur les ongles de sa main qui tenait le micro. L’image avait fait grand bruit au sein des forces.  

Si le geste a été accueilli froidement par certains, David Grenon n’est pas peu fier du geste qu’il a posé. «Je voulais prendre la plateforme que j’avais à ce moment-là pour aider ceux qui ont peut-être peur de s’afficher. Leur montrer qu’on est inclusif et qu’on est là pour les supporter», explique le chanteur de l’aviation royale canadienne.   

David Grenon

Photo Courtoisie

Barrière des genres

C’est que depuis septembre, l’armée canadienne a mis un terme «aux barrières systémiques qui étaient liées au genre». Les militaires, hommes ou femmes, n’ont maintenant plus à se conformer à une apparence physique rigide telle que l’évoque historiquement l’enrôlement dans les Forces armées canadiennes.   

«Les idées vieillottes sont vraiment mises au banc des accusés», lâche l’adjudant-chef Martin Rousseau qui a été au cœur de cette révision pour une tenue plus inclusive. «Quand on regarde ça en rétrospective, c’est assez évident qu’on parle de barrière systémique. Une barrière inconsciente basée sur des normes dépassées en 2022», juge-t-il.  

Les militaires peuvent donc maintenant porter le nombre de bagues ou de boucles d’oreille qu’ils veulent, ou encore se maquiller, se colorer les ongles ou opter pour la coupe de cheveux de leur choix.   

Autre exemple, un militaire pourra maintenant exposer des tatouages dans le cou et même dans le visage «avec une restriction concernant tout ce qui est discriminatoire», ajoute M. Rousseau.   

Évidemment, une personne qui porterait «une croix gammée» ne pourrait pas être tolérée. C’est aussi le cas des piercings sur la langue et sur les lèvres, mais uniquement pour des raisons médicales explique l’armée.   

Une militaire arbore une chevelure longue et colorée, comme c’est maintenant permis.

Photo Courtoisie, Forces armées canadiennes

Une militaire arbore une chevelure longue et colorée, comme c’est maintenant permis.

Des jupes

Les vêtements militaires n’ont pas été modifiés, mais une fois de plus le genre est levé et un homme pourra dorénavant porter la jupe autrefois réservée aux femmes. Pour sa part, l’adjudant-chef n’a pas hésité à marquer le coup en se colorant les cheveux en bleu au lendemain de la mise en place des nouvelles normes inclusives.   

Il avoue lui-même incarner «l’image vieillotte du militaire». «Mais ce n’est pas ça l’image du Canadien moyen de notre société», plaide-t-il.  

Reste que les changements ne sont pas accueillis avec la même ouverture partout, notamment chez les vétérans. «Je m’attendais à ce qu’il y ait des gens qui se plaignent, je m’attendais à un backlash. Mais il y a eu un post sur Twitter. Ça m’a agréablement surpris. On est vraiment rendus là», dit le chanteur, encouragé.  

Pour sa part, M. Rousseau juge que cela «met en relief les biais inconscients». «Est-ce qu’à la fin de la journée, l’homme qui porterait une jupe est moins professionnel?» questionne-t-il.   

Il y voit plutôt une façon de recruter de futurs candidats de qualité. «On ne retourne pas en arrière, ça c’est certain», termine celui qui est convaincu de la mesure.   

Quatre règles qui dictent les nouvelles normes:

1. Sécurité: Par exemple la barbe ne peut pas fonctionner avec un masque à gaz pour des raisons d’étanchéité.

2. Efficacité opérationnelle: Un militaire doit être disposé à ajuster son apparence pour des raisons directement liées à son travail.

3. Inclusive: en n’imposant plus de barrières sur le genre.

4. Normes sociétales: Représente la diversité canadienne.

Cheveux:

  • Aucune restriction de longueur ou de couleur 
  • Perruques et rallonges permises 
  • Tous les styles de barbes et de favoris permis 

* Le militaire doit être capable de porter la coiffe correctement.

Bijoux:

  • Tous peuvent porter des boucles d’oreilles sans restriction du nombre 
  • Aucune restriction quant aux nombres de bagues 

* Les bijoux doivent projeter une apparence positive des militaires.

Apparence:

  • Tatouage dans le cou et dans le visage permis 
  • Faux ongles et vernis de couleur permis  
  • Faux cils 

* Les tatouages ne peuvent pas inciter à la haine ou à la violence.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.