/news/law

Le présumé espion chinois toujours détenu

YueSheng Wang

Photo tirée de Linkedin

On a l’impression depuis le début de la semaine d’être plongé dans roman d’espionnage qui vise un de nos fleurons Hydro-Québec qui aurait été victime d’un vol de secrets industriels au profit de la République populaire de Chine. 

• À lire aussi: L’ex-employé d’Hydro formellement accusé d’espionnage

• À lire aussi: Espion en télétravail: des secrets d'Hydro-Québec divulgués en Chine depuis la banlieue

• À lire aussi: Un employé d’Hydro-Québec accusé d’espionnage au profit de la Chine

Yuesheng Wang, récemment congédié par la société d’État, a comparu ce matin par visioconférence au palais de justice de Longueuil. 

Son enquête sur sa remise en liberté a été fixée au 23 et 24 novembre prochains. Il s’agit d’une étape importante pour le résident de 35 ans de Candiac qui désire quitter la détention et bénéficier d’une liberté assortie de conditions, d’ici la tenue d’un éventuel procès.

Plus tôt cette semaine, lors de sa première comparution, la Couronne a clairement indiqué qu’elle ne lui faisait pas confiance, elle s’est opposée à sa remise en liberté craignant qu’il quitte le pays pour un pays étranger.

Il aura besoin d’un interprète pour traduire l’anglais en mandarin parce Wang ne parle pas français. Malgré cela, il a été embauché par la société d’État et était rattaché au Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie (CEETSE) d’Hydro-Québec à Varennes. 

Le suspect aurait dérobé des renseignements stratégiques en lien avec les matériaux utilisés dans la fabrication des batteries. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.