/news/techno

Les problèmes chez Twitter sont l'occasion d'«explorer» des alternatives

Les déboires auxquels est confrontée la plateforme californienne Twitter depuis son rachat par Elon Musk sont l'occasion d'«explorer» des alternatives, comme le réseau social «Mastodon», a estimé vendredi la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

• À lire aussi: Vague de départs chez Twitter après l’ultimatum d’Elon Musk

• À lire aussi: «Il ne s'est pas fait d'amis»: l’ex-président québécois du CA de Twitter écorche Elon Musk

«Ce que je trouve intéressant dans les événements» touchant Twitter, c'est qu'ils ont «poussé beaucoup de personnes à s'intéresser» à la façon dont les autres plateformes peuvent être «utilisées», a souligné Mme Vestager lors d'un point presse à Madrid avec la ministre espag

nole de l'Économie, Nadia Calviño.

«J'espère donc, indépendamment de l'avenir de Twitter, et je leur souhaite toute la réussite», que cette situation soit «l'occasion pour les gens d'explorer, d'être plus curieux» vis-à-vis des alternatives existantes, a poursuivi la commissaire, en citant le cas de «Mastodon».

Ces propos surviennent alors que le géant californien connaît une cascade de départs depuis qu'Elon Musk, propriétaire de Twitter depuis trois semaines, a demandé jeudi aux employés encore présents dans le groupe de choisir entre se donner «à fond, inconditionnellement» et partir.

Cette nouvelle vague de départs, ajoutée à la fuite des annonceurs et au lancement confus de nouveaux produits comme la certification payante, fait planer le doute sur l'avenir de la plateforme - Elon Musk ayant lui-même prévenu les équipes de Twitter que la société risquait la faillite.

Malgré cette situation, Margrethe Vestager a assuré que la Commission européenne allait «continuer à utiliser Twitter comme outil de communication», sans écarter d'utiliser à terme d'autres plateformes.

Une approche également défendue par Nadia Calviño. «Nous allons continuer à utiliser Twitter, mais si nous voyons finalement qu'elle n'offre pas les garanties nécessaires en termes de sécurité, d'autres plateformes» le feront «sûrement», a-t-elle souligné.

Depuis l'acquisition par Elon Musk de Twitter, de nombreux utilisateurs, mécontents ou inquiets des mesures annoncées, ont décidé de migrer vers d'autres plateformes, comme Mastodon.

Inconnu du grand public il y a encore quelques jours, ce réseau créé en 2016 par le développeur allemand Eugen Rochko se présente comme «un réseau social décentralisé libre et open source», sans la moindre publicité. Il connaît depuis plusieurs jours un pic de popularité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.