/regional/saguenay

Mobilisation pour sensibiliser les jeunes à la consommation

Les municipalités de Saint-Gédéon et d'Hébertville, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ont décidé de se mobiliser après le décès de deux jeunes au cours des derniers jours à la suite d'une possible surdose de stupéfiants.

Le décès de deux jeunes du Lac-Saint-Jean des suites de ce qui semble être une surconsommation de stupéfiants ébranle leurs municipalités. L’un d’entre eux est mort à Hébertville, l’autre est décédé à Chicoutimi, mais était originaire de Saint-Gédéon.

«On est triste pour les parents, on est triste pour la communauté et pour le jeune, on ne veut pas que ça arrive», a souligné le maire de Saint-Gédéon, Émile Hudon.

«C’est clair et net que c’est un drame pour toute notre communauté. C’est certain que ça nous emmène à réfléchir sur les actions et les moyens qu’on doit prendre pour sensibiliser nos jeunes», a ajouté le directeur général de la municipalité d’Hébertville, Sylvain Lemay.

Mobilisation

Ces drames ont convaincu les maisons de jeunes des deux petites localités de sensibiliser leurs utilisateurs.

«Quand l’événement est arrivé, ils ont sensibilisé les jeunes à la cause, à la drogue. On a aussi les travailleurs de milieu du secteur sud qui vont faire de la sensibilisation»,a expliqué M. Hudon.

«Il y a des ateliers qui sont déjà planifiés dans les écoles secondaires de Curé-Hébert et au Séminaire Marie-Reine-du-Clergé qu’on couvre. On va faire aussi de la prévention sur internet et si on a des appels, on va gérer les crises», a mentionné Annick St-Gelais, gestionnaire du travail de milieu, secteur sud.

Le problème avec la consommation, c’est que les gens ne savent souvent pas ce qu’ils consomment, a-t-elle ajouté.

Des trousses existent pour détecter, entre autres, la présence de GHB. Le travail de milieu fera maintenant des démarches pour se procurer des trousses qui permettent aussi de détecter la présence de fentanyl et de naloxone.

«L’autre élément qu’on ne veut pas négliger, c’est la présence de la Sûreté du Québec au sein de la municipalité. On a une personne dédiée à notre communauté et on se rencontre une fois par mois pour faire le tour des problématiques», a précisé M. Lemay.

Tous s’entendent pour dire que les jeunes ont une bonne réceptivité quant à leurs interventions et que le message semble être entendu.

Difficile pour les parents

À la maison familiale, difficile pour un parent de savoir quand et comment intervenir.

«Ce n’est pas facile pour un parent non plus d’admettre que ton jeune consomme. On peut donner des outils aux parents pour faire de la prévention avec leurs jeunes à la maison et c’est important», a mentionné la gestionnaire du travail de milieu secteur sud, au Lac-Saint-Jean.

Des messages de prévention seront aussi déployés dans les écoles primaires pour les jeunes de 5e et de 6e année.

«C’est un programme tout nouveau, ça va commencer en janvier. Il y a des ateliers qui vont être donnés sur certains sujets justement en prévention des dépendances», a affirmé Mme St-Gelais.

«À l’école aussi on va tenter avec la commission scolaire de prendre des actions pour provoquer peut-être des conférences ou des choses comme ça», a avancé le DG d’Héberville.

Le Centre de Services scolaire du Lac-Saint-Jean assure que les agents en prévention des dépendances poursuivent leurs efforts de sensibilisation dans les écoles. Des discussions sont en cours pour possiblement accentuer la prévention auprès des jeunes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.