/news/politics

Legault prévoit toujours rencontrer le président tunisien, Trudeau refuse

Photo courtoisie, OIF

François Legault prévoit toujours rencontrer le président tunisien Kaïs Saïed, un geste de courtoisie que Justin Trudeau se refuse d’offrir au controversé chef du pays hôte de la 18e édition du Sommet de la Francophonie.

• À lire aussi: Legault vante sa loi 96 devant la Francophonie

• À lire aussi: Legault veut doubler les échanges commerciaux avec la France

À l’instar de la trentaine de chefs d’État et de gouvernement présents, Justin Trudeau et François Legault ont été accueillis samedi matin au casino de l’île de Djerba, où se déroule le sommet, par le président Saïed et la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushikiwabo.

Pour Justin Trudeau, il s’agira vraisemblablement de sa seule poignée de main avec le président tunisien. Il « n’aura pas de rencontre bilatérale avec lui », a confirmé le cabinet du premier ministre canadien.

Selon nos informations, à moins d’un mois d’élections législatives en Tunisie, M. Trudeau craint de « légitimer » le régime du président Saïed s’il acceptait de le rencontrer de façon plus formelle, au-delà des événements et plénières auxquels l’ensemble des leaders de la Francophonie participent.

« Moi, je suis à l’aise », maintient pour sa part François Legault, qui, à défaut d’avoir pu rencontrer M. Saïed comme prévu, samedi, prévoit se reprendre dimanche, avant la fin du sommet.

« Je vais dire au président tunisien mon inquiétude suite au fait qu’il s’est approprié certains pouvoirs comme président, des pouvoirs qui normalement appartiennent à un premier ministre », a assuré le premier ministre du Québec, qui ne craint pas d’être instrumentalisé.

« Je pense que je suis capable d’être assez clair habituellement avec ce que je pense et je vais lui dire que c’est important pour moi la démocratie », a-t-il ajouté.

Écoutez la rencontre Gilles Proulx et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 45 via QUB radio :

Saïed se félicite

Devant les journalistes et photographes qui assistaient au début de sa rencontre avec M. Legault, M. Trudeau a également insisté sur l’importance de faire valoir les valeurs démocratiques partagées par le Québec et le Canada.

Les gestes posés par le président Saïed, qui ont exacerbé les tensions politiques en Tunisie, ont d’ailleurs poussé Ottawa à manœuvrer en coulisse pour essayer de faire annuler, mais sans succès, la tenue de ce sommet au pays du Jasmin. 

Le président Saïed y a d’ailleurs fait allusion dans son discours prononcé à l’ouverture du sommet. « Comme tout le monde le sait, il a été question à des moments difficiles, pour des raisons multiples, d’organiser ce sommet à distance par vidéoconférence, voire même pour certains de l’annuler pour l’organiser ailleurs, mais notre volonté inébranlable avec l’appui de nos amis a fini par l’emporter, s’est-il félicité. Nous voilà aujourd’hui [samedi] réunis. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.