/news/society

Des répondants médicaux d’urgence votent une grève de tâches et de temps

Bloc manifestation grève

Photo Fotolia

Les répondantes et répondants médicaux d'urgence (RMU) de la Capitale-Nationale, de l’Estrie et ceux d’Urgences-santé de Montréal, ainsi que le personnel de bureau d'Urgences-santé ont voté un mandat de grève de tâches et de temps, pouvant se transformer en grève générale.

• À lire aussi: Le personnel professionnel à l’INSPQ en grève de trois jours

• À lire aussi: Ontario: la reprise de la grève en éducation se profile pour lundi

«Notre travail est émotionnellement exigeant. Avec ces mauvaises conditions de travail viennent des risques accrus de commettre une erreur, d'échapper un appel dans la file d'attente ou de perdre une seconde de concentration», a dénoncé la présidente du Syndicat des employé-e-s d'Urgences-santé (CSN), Anick Bélanger.

Les syndicats demandent une rémunération plus importante, pour recruter du personnel notamment, et pallier la pénurie.

«Nous espérons qu'en venant travailler pendant la grève du personnel, l'employeur et ses cadres prendront conscience de la pression ressentie au quotidien par les RMU et les employé-es de bureau sur le terrain, complètement débordés», a expliqué le représentant du secteur préhospitalier à la FSSS-CSN, Jean Gagnon.

Ces travailleurs et travailleuses sont sans convention collective depuis le 31 mars 2020.

Les RMU sont notamment les personnes qui prodiguent les premiers soins par téléphone dans des moments cruciaux, par exemple en donnant les instructions pour amorcer des manœuvres de réanimation, en cas d'étouffement ou encore pour préparer un accouchement, en attendant l'arrivée de l'ambulance ou des premiers répondants et répondantes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.