/regional/sherbrooke

COVID longue: elle va mieux après son traitement aux États-Unis

Six semaines après avoir débuté un traitement aux États-Unis pour améliorer son état de santé, une résidente de Magog, en Estrie, atteinte de la COVID longue, prend du mieux, et remarque une diminution de ses symptômes.

TVA Nouvelles avait rencontré Valérie Côté à la mi-octobre. Fatigue extrême, rythme cardiaque rapide: celle qui offre maintenant des soins esthétiques à domicile avait dû abandonner son emploi à temps plein, de même que le CrossFit et le vélo de montagne un peu plus tôt cette année en raison de ses nombreux symptômes. Après avoir consulté la clinique spécialisée en Estrie, elle s'était tournée, faute de traitements dans la province, vers des spécialistes aux États-Unis.

«J’ai beaucoup d’énergie. L’insomnie que j’avais depuis 10 mois m’a quittée. Le fait de récupérer de mes nuits me fait tellement du bien que mes symptômes ont pratiquement tous disparu», a raconté Valérie Côté.

Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec Michael Grenier Delorme, père de famille sur QUB radio:

Six semaines après le début de sa prise de médication, Mme Côté reprend maintenant certaines activités qu'elle avait délaissées depuis le début de l'année. Elle songe même à recommencer à travailler à temps plein, et à reprendre l’activité physique. Son objectif est maintenant de remonter sur son vélo de montagne, d’ici le printemps prochain.

«Avant, la fin de semaine, c’était du repos complet. Je sortais à peine pour faire l’épicerie, ou je demandais à mon conjoint de le faire. Maintenant, je fais tout avec lui. J’ai même reçu des amis samedi. Je peux plus profiter de la vie qu’avant. Je sens que je pourrais même courir, a-t-elle dit en riant. J’aimerais ça, mais j’aimerais avoir le OK et être certaine»

En mai dernier, le gouvernement du Québec annonçait le déploiement de cinq centres de référence et d'une dizaine de cliniques satellites pour aider les personnes souffrant de la COVID longue. TVA Nouvelles a tenté d’obtenir une entrevue avec le Dr Alain Piché, qui dirige la clinique de Sherbrooke, mais celui-ci n’était pas disponible.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.