/news/society

Funérailles d’État: il faut laisser de côté les sentiments, suggère Gilles Proulx

Photo d'Archives Agence QMI

Bien qu’il estime que Jean Lapointe devrait avoir droit à des funérailles d’État, le chroniqueur Gilles Proulx croit qu'il faut en réduire le nombre.

En entrevue à QUB radio, M. Proulx s’est demandé ce qui arrivera lorsque Gilles Vigneault, Dominique Michel, Jean-Pierre Ferland et Ginette Reno décéderont. «Nous avons dans le décor nombre de gens. Gilles Latulipe est mort il y a quelques années et nous avons tergiversé à savoir s’il méritait ou non des funérailles d’État, car il était aimé. Les sentiments doivent être un peu rabaissés et il faut arrêter de les multiplier», a-t-il déclaré au micro de Richard Martineau.

À ce propos, M. Martineau a demandé à Gilles Proulx s’il mériterait des funérailles d’État. Ce dernier s’est esclaffé. «On ne veut même pas me donner une médaille de fond de cour, car j’ai trop conjugué contre la rectitude a déjà dit Liza Frulla lors d’un comité de distribution de médailles à Québec.»

Pour revenir sur Jean Lapointe, Gilles Proulx l'a décrit comme étant un artiste avec un grand A. «Il a apporté beaucoup en culture, mais aussi pour s’être occupé des misérables aux prises avec des maladies. De plus, il s’est engagé au Sénat.»

Cela dit, M. Proulx a avoué qu’il détestait Jean Lapointe dans les années 1970. «Avec René Lévesque, il avait produit une chanson qu’on faisait tourner à plein tube indiquant qu’un Québec souverain ressemblerait à la Pologne communiste. En 1973, ce pays était hautement catholique tout comme le Québec. Inutile de dire que je ne l’aimais pas!» Cependant, au fil du temps, M. Proulx a apprécié ce que M. Lapointe a fait lors de sa carrière, dont son rôle de Maurice Duplessis.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.