/finance/homepage

Groupe Selection: la Cour supérieure donne finalement raison aux prêteurs

Capture d'écran, Groupe Sélection

La Cour supérieure donne finalement raison aux prêteurs de Groupe Sélection et confie les clefs des procédures de restructuration à venir aux équipes de PricewaterhouseCoopers (PwC). 

• À lire aussi: Groupe Sélection victime de la hausse des taux d’intérêt

Dans une décision attendue, au terme de quatre jours de débats juridiques la semaine dernière, le juge Michel A. Pinsonnault, rejette ce lundi la proposition de l’entreprise et accueille la demande présentée par la Banque Nationale du Canada, la semaine dernière.

Aux prises avec de graves problèmes financiers, on se rappellera que Groupe Sélection, s’est placée le 14 novembre dernier sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). 

L’entreprise, fondée par l’homme d’affaires Réal Bouclin, suggérait que les commandes soient confiées à un duo constitué de la torontoise FTI Consulting, à titre de contrôleur, et de l’homme d’affaires Herbert Black, à titre de financier intérimaire.

De son côté, le regroupement de huit institutions prêteuses – dont la Banque Nationale, Desjardins, la CIBC et Fiera– proposaient plutôt les services de PricewaterhouseCoopers (PwC). Le syndicat bancaire était représenté par l’équipe de cabinet Norton Rose Fulbright.

Écoutez l'édito de Francis Gosselin diffusé chaque jour en direct 15 h 53 via QUB radio : 

Groupe Sélection fera appel

Groupe Sélection compte faire appel de la décision de la Cour supérieure.

«Groupe Sélection est en désaccord avec de nombreux éléments de droit retenus dans les conclusions du jugement qui vont à l'encontre d'une restructuration financière efficace dans le contexte de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies», a fait valoir le président fondateur et chef de la direction de Groupe Sélection, Réal Bouclin.

L’entreprise espérait pouvoir confier la mise sur pied de son plan de restructuration à FTI Consulting et à l’homme d’affaires Herbert Black. Par contre, huit créanciers, dont la Banque Nationale, Desjardins et CIBC, sont parvenus à convaincre le juge Michel A. Pinsonnault d’opter pour un plan de restructuration menée par PwC.

La hausse des taux d’intérêt et l’inflation ont été blâmées par Groupe Sélection pour expliquer ses déboires financiers. L’entreprise a cependant assuré qu’elle fera tout pour maintenir la qualité de vie de ses résidents pendant qu’elle établit son plan pour redresser ses finances.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.