/news/society

Suivre les traces de grand-maman

Alors que le système de santé a de plus en plus de difficulté à recruter des infirmières, une jeune femme de 24 ans qui a choisi cette profession malgré une imposante charge de travail, étant inspirée par sa grand-mère qui a elle-même été infirmière pendant plus de trente ans. 

«J’ai choisi cette profession pour la combinaison des soins médicaux et des soins humains, c’est une superbe combinaison et ça vient vraiment nous former en tant que personne», dit Mme Langlois, infirmière au CHU Saine-Justine. «J’ai été inspirée par ma grand-maman qui a été infirmière toute sa carrière.» 

Anne-Frédérique Langlois a commencé au CHU Sainte-Justine il y a 2 ans et demi, alors que sa grand-mère, elle, a reçu son cours d’infirmière de 1965 à 1968 et a travaillé aux soins intensifs du même établissement pendant 1 an. 

«Ça a changé un peu, mais pour le fond je ne trouve pas que ça a changé», explique Francyne Dumais, ex-infirmière au CHU Sainte-Justine. «Ça demande les mêmes qualités , les mêmes aptitudes, il faut aimer les gens, il faut avoir envie de se surpasser.»

En 1900 à Montréal, un enfant sur quatre qui mourrait avant d’avoir atteint l’âge d’un an, ce qui a mené, en 1907 à la création du CHU Sainte-Justine et à l’établissement que la ville connait aujourd’hui. 

Plus de détails à venir...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.