/finance/homepage

Cyberattaques: 1 million $ octroyé à l'Université de Concordia par la Défense nationale

concordia

Photo d'Archives, MARTIN CHEVALIER

Des chercheurs de l’Université de Concordia à Montréal ont reçu 1 million $ de la part du ministère de la Défense nationale du Canada pour élaborer des stratégies contre les cyberattaques que subissent les navires de la Marine royale canadienne. 

«Nous allons explorer des moyens de contrer ces nouvelles technologies perturbatrices très performantes. Nous avons affaire à un problème pour lequel le gouvernement reconnaît la nécessité de développer de nouvelles approches», a affirmé Kash Khorasani, professeur au Département de génie électrique et informatique de l’Université de Concordia qui dirige le projet.

En novembre 2021, pour la première phase du projet, un montant de 200 000 $ a été accordé aux chercheurs pour effectuer une étude de faisabilité.

«Cela démontre une fois de plus que l’expertise de Concordia en cybersécurité est reconnue à l’échelle internationale», a affirmé le professeur Khorasani par communiqué.

Dans cette deuxième phase où le financement de 1 million $ sera versé, les chercheurs travailleront en collaboration avec la société de haute technologie CAE, dont le siège social est situé à Montréal pour concevoir un système de détection d’intrusion.

Le Pr Khorasani soutient que «l’intégration des ressources et de l’expertise de tous les partenaires sera essentielle pour que l’équipe de recherche soit en mesure de démontrer l’efficacité des technologies proposées».

Notons que ce n’est pas le plus récent projet en matière de cybersécurité. Le gouvernement fédéral a annoncé l’octroi de près de 80 millions $ sur une période de quatre ans au Consortium national pour la cybersécurité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.