/news/law

Une enseignante de Saint-Jérôme accusée d’agression sexuelle sur un adolescent

L’enseignante Catherine Gaboury travaillait à l’école secondaire des Hauts-Sommets à Saint-Jérôme dans les Laurentides.

Photo tirée de Facebook

L’enseignante Catherine Gaboury travaillait à l’école secondaire des Hauts-Sommets à Saint-Jérôme dans les Laurentides.

Une enseignante et entraîneuse de basketball dans une école secondaire de Saint-Jérôme fait face à la justice pour agression sexuelle sur un adolescent avec qui elle était en situation d’autorité.

Catherine Gaboury s’est fait passer les menottes par le Service de police de la Ville de Saint-Jérôme, a appris Le Journal de Montréal

La professeure en éducation physique a notamment été accusée le mois dernier d’agression sexuelle sur une personne mineure, de leurre ainsi que d’exploitation sexuelle. En tout, elle fait face à sept chefs d’accusation. 

Selon l’acte de dénonciation, la femme de 27 ans était en position d’autorité avec l’adolescent. Les faits qui lui sont reprochés se seraient passés pendant une période de plusieurs mois, à compter d’octobre 2021 et jusqu’en avril dernier. 

Depuis quelques années déjà, Catherine Gaboury était professeure à l’école secondaire des Hauts-Sommets, d’après nos informations. 

D’ailleurs, son nom figure toujours sur la liste du personnel que l’on retrouve sur le site web de l’établissement. 

Elle aurait également été entraîneuse de basketball, toujours selon nos sources. 

On ne sait toutefois pas si les crimes qui lui sont reprochés se seraient déroulés dans un contexte scolaire ou sportif.

Écoutez l'entrevue avec Mario Larivée-Côté, sexologue clinicien, expert en délinquance sexuelle à l’émission de Richard Martineau via QUB radio :

Suspendue

Le Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord n’a pas voulu commenter puisqu’il s’agit d’un dossier judiciarisé, mais a tout de même confirmé que l’enseignante a été relevée de ses fonctions.

«Dès qu’une situation semblable est portée à notre attention, nous prenons les mesures qui s’imposent pour assurer la sécurité et le bien-être de l’ensemble de nos élèves et offrir des mesures d’aide à ceux qui en manifestent le besoin», a fait savoir par courriel Mélanie Dufort, coordonnatrice aux communications.

En août, Le Journal révélait que depuis 2017 seulement, au moins une cinquantaine d’enseignants, directeurs, concierges ou entraîneurs ont défilé devant les tribunaux pour des crimes sexuels. Parmi ces employés d’école, certains ont été condamnés tandis que d’autres sont en attente de leur procès. 

La Fédération de basketball du Québec a indiqué que Catherine Gaboury n'était pas certifiée comme entraîneuse auprès de son organisation.

Écoutez l'entrevue avec Mario Larrivée-Côté, sexologue clinicien, expert en délinquance sexuelle à l’émission de Richard Martineau via QUB radio:  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.