/regional/quebec/quebec

Accident mortel sur l’autoroute Dufferin-Montmorency: un radar photo sera finalement installé dans les prochaines semaines

Un radar photo sera finalement installé sur l’autoroute Dufferin-Montmorency, à Québec, un peu plus d’un an après un violent accident de la route qui a coûté la vie à quatre personnes d’une même famille.

L’appareil sera implanté sur l’A-440 en direction est, en amont du boulevard François-de-Laval, a indiqué par communiqué le ministère des Transports (MTQ), mercredi matin.  

Il s’agit de l’endroit exact où Emma Lemieux, 10 ans; son frère Jackson Fortin, 14 ans; leur mère Shellie Fletcher-Lemieux, 44 ans; et leur grand-père James Fletcher, 68 ans, ont été percutés mortellement par un chauffard en état d’ébriété, le 2 septembre 2021. 

Comme l’analyse d’admissibilité du site qui s’est déroulée dans les derniers mois s’est avérée positive, les travaux pour l’installation du radar, qui se dérouleront sur quelques semaines, se sont officiellement amorcés. 

Au cout de 325 000$, l’appareil devrait être mis en service à compter du début 2023. Cette mesure s’ajoutera à celle de la boucle de détection dans la voie destinée au virage à gauche, qui a été mise en place dans les derniers mois pour éviter que la file de voitures se rende jusque dans la voie rapide. 

Une vitesse à respecter

«Ce nouvel équipement permettra d'améliorer la sécurité et la fluidité de la circulation dans ce secteur fort achalandé. L'objectif est de sensibiliser les usagers de la route à l'importance de respecter la limite de vitesse affichée de 70 km/h», explique-t-on dans le communiqué.

Il n’est effectivement pas rare de voir les automobilistes conserver une vitesse avoisinant les 100 km/h dans ce secteur, malgré la présence de feux de circulation et une limite de vitesse inférieure.  

Lors de l’accident du 2 septembre 2021, le conducteur fautif, qui avait les capacités affaiblies par l’alcool, circulait à environ 130 km/h. 

« La sécurité des usagers de la route est une priorité pour votre gouvernement. C'est pourquoi nous n'avons pas attendu le rapport du coroner avant de mettre en place une mesure concrète visant à modifier le comportement des conducteurs », a fait savoir Geneviève Guilbault, nouvellement ministre des Transports et de la Mobilité durable.

«On n’attend pas un mort»

Questionné sur les raisons de l’implantation de ce nouveau système censé protéger les automobilistes, le MTQ assure qu’il « n’attend pas qu’il y ait un mort » avant d’agir sur des routes dangereuses.

Dans ce cas-ci, le tronçon visé avait été analysé à plusieurs reprises et ne représentait pas un risque particulièrement grand, souligne-t-on. Du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2020, « seulement » 18 accidents y sont survenus, dont trois ont fait des blessés légers 15 n’étaient que des dégâts matériels.

«Ce n’était pas un secteur où il y avait un grand nombre d’accidents, avant la tragédie», précise Nicolas Vigneault, porte-parole du MTQ. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.