/finance/homepage

Campagne «On sort ensemble»: un coup de pouce bienvenu pour le domaine culturel

La campagne «On sort ensemble» lancée par la Ville de Québec pour aider à la relance du milieu culturel a débuté mercredi.

Jusqu’à 23h59, le 24 novembre, les citoyens de Québec peuvent obtenir un billet de spectacle gratuit à l’achat d’un billet au prix normal dans plusieurs salles du centre-ville. Onze diffuseurs et plus de 60 spectacles font partie de la promotion.

«C’est vraiment une mesure qui vise à la fois de permettre aux gens de vivre une expérience unique, mais aussi, en même temps, de leur permettre d’aller au restaurant, de profiter de ce qu’offre le centre-ville», explique la responsable de la culture au comité exécutif de la Ville de Québec, Catherine Vallières-Roland.

La popularité de cette initiative ne se dément pas. Déjà, des salles affichent complet.

«On sent que la réponse est extrêmement positive, les gens sont emballés, même qu’on n’aura pas suffisamment de billets à offrir pour toute la demande», se réjouit la directrice administrative du Théâtre La Bordée, Rosie Belley.

Une aide qui tombe à point pour l’industrie du spectacle, qui doit composer avec l’inflation après deux ans de pandémie. Si le secteur de l’humour continue de tirer son épingle du jeu, d’autres secteurs, comme ceux de la relève et de la chanson, peinent à vendre des billets. 

«Il y a un certain secteur culturel qui a vraiment vécu difficilement la pandémie, qui a un peu un genou à terre et qui a de la difficulté à se relever, c’est vrai», mentionne le directeur général de la Salle Albert-Rousseau et du Théâtre Petit Champlain, Claude Desormeaux.

Cette année, le taux d'occupation dans les salles de la province tourne autour de 38%. Il était de plus de 60% avant la pandémie. 

«En 2019 il y avait 1 200 000 personnes qui s’étaient rendues dans nos salles et en date de l’année dernière, il y avait seulement 250 000 personnes», dit la responsable de la culture au comité exécutif de la Ville de Québec.

La hausse du coût de la vie qui affecte le portefeuille des familles québécoises n’a rien pour rassurer les artistes.

«Mes cheveux gris ne sont pas sortis, mais ça s’en vient! Je trouve ça très angoissant», admet l’humoriste Philippe Laprise. «Moi ce qui m’inquiète ce n’est pas là, en ce moment, c’est plus en février, mars, avril, mai [...] J’ai un feeling que peut-être vers le début de l’été on va sentir les coups de cette espèce d'inflation-là.»

«S’il y a des gens qui ont de la misère à payer l’épicerie, c’est sûr que la sortie au théâtre c’est peut-être la chose qui va être coupée dans le budget familial», souligne la directrice administrative de La Bordée.

De nombreux défis attendent donc l’industrie du spectacle en 2023 pour regarnir les salles.

«On sent une timidité de la part du public parce qu’on le voit dans les ventes, on le voit dans les fonds de salles [...] Avant la pandémie on était vraiment ailleurs, mais on est hyper heureux de revenir», lance Philippe Laprise.

«C’est de solidifier notre lien avec le public. On est super emballés, on est super contents de les retrouver en salle. Maintenant, c’est de nourrir et de chérir ce lien-là, qui a été coupé pendant si longtemps», indique Mme Belley.

Face au succès de la campagne «On sort ensemble», la Ville de Québec n’exclut pas de répéter bientôt l’expérience.

«Il pourrait y avoir une deuxième phase qui permettrait à nouveau aux citoyens de profiter de cette promotion-là et peut-être à de nouveaux diffuseurs aussi de pouvoir en bénéficier», dit Catherine Vallières-Roland.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.