/news/law

Harold LeBel coupable d’agression sexuelle

L’ex-député péquiste Harold LeBel a été reconnu coupable d’agression sexuelle mercredi au palais de justice de Rimouski.

Le jury, composé de 9 femmes et 3 hommes, a prononcé son verdict de culpabilité en milieu d’après-midi.

«Coupable», a laissé tomber la jury 14 sur un ton solennel, scellant ainsi l’avenir du député déchu.

En entendant ces mots, Harold LeBel est demeuré impassible. À sa sortie de la salle, il est passé devant les nombreux médias massés sans adresser un seul mot. Son avocat n’a pas non plus commenté, mais a semblé abattu en salle de cour lorsque le verdict a été prononcé.

De son côté, la procureure de la couronne Manon Gaudreault s’est contentée d’un seul mot. «Satisfaite», a lancé l’avocate, précisant qu’elle commenterait plus en profondeur après 16h.

Les deux parties reviendront devant le juge Serge Francoeur à ce moment pour s’entendre sur la suite des procédures dans le dossier.

Une nuit interminable

C’est donc dire que la plaignante dans cette affaire aura convaincu le jury de la culpabilité d’Harold LeBel. Étant les deux seuls témoins appelés à la barre pour témoigner des faits, l’issue du procès s’est jouée sur la crédibilité qu’a accordée le jury aux deux témoins.

Écoutez l'analyse de Nada Boumeftah, avocate en droit criminel et protection de la jeunesse au micro de Mario Dumont, sur les ondes de QUB radio:

«C’était absolument interminable. [...] Je me disais qu’il allait arrêter, qu’il allait s’endormir, mais ça continuait», avait relaté la victime à propos de l’agression lors de son témoignage.

Elle reprochait à Harold LeBel de l’avoir embrassé, puis d’avoir dégrafé son soutien-gorge avant qu’elle ne parvienne à se réfugier dans une salle de bain, le député se montrant insistant pour qu’elle ouvre la porte. Après avoir pris une douche et s’être couchée au salon, LeBel lui avait demandé s’il pouvait dormir à ses côtés, ce qu’elle avait accepté «pour acheter la paix», souhaitant qu’il ait compris son refus.

C’est là qu’il a flatté et agrippé ses fesses, allant jusqu’à y tenter d’insérer un doigt.

«[C’est] comme si le temps s’était arrêté, comme si je ne pouvais pas bouger. La peur et l’incompréhension m’ont rendue immobile», avait-elle raconté.

Écoutez la rencontre Durocher-Dutrizac avec Sophie Durocher sur QUB radio : 

Témoignage non compatible

De son côté, Harold LeBel avait complètement nié ces faits lors de son témoignage.

«C’est faux. Non, je n’ai jamais fait ça. [...] Je n’ai rien forcé, je n’ai jamais fait ça de ma vie », avait insisté l’ex-député qui a siégé à l’Assemblée nationale sous la bannière du parti québécois de 2014 jusqu’à 2022.

Les prétentions de M. LeBel étaient qu’un baiser avait bel et bien été échangé, mais de façon consensuelle. Il avait également affirmé avoir demandé à la victime s’il pouvait dormir avec elle puisqu’une troisième personne qui était présente ce soir-là dormait déjà dans son lit. Il avait expliqué s’être réveillé le lendemain matin avec «le nez dans les cheveux» de la femme et avec une main sur son épaule, mais sans plus.

«J’ai reculé tout de suite. Je n’étais pas à l’aise d’être là comme ça», avait témoigné M. LeBel.

Écoutez la rencontre Gibeault-Dutrizac avec Nicole Gibeault, juge à la retraite sur QUB radio : 

Or, la preuve avait démontré que l’accusé avait échangé des courriels avec la plaignante dans lesquels il se disait «désolé pour tout ça», un fait que la procureure de la couronne Manon Gaudreault avait décrit comme étant incompatible avec sa défense.

«La version de l’accusé qui nie les contacts sexuels, est-ce que c’est compatible avec ses propres regrets et ses propres excuses? [...] Est-ce que c’est logique? Vous, est-ce que vous vous excusez de choses que vous n’avez pas faites? Est-ce que vous demandez pardon à ceux qui vous font des reproches injustifiés», avait suggéré Me Gaudreault aux jurés.

Harold LeBel devra maintenant revenir en cour pour les plaidoiries sur la peine qui doit lui être imposée. La date de cette prochaine étape reste à être confirmée.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.