/news/law

Simon Houle accusé de bris de condition

L’ingénieur de Trois-Rivières qui s’en était sorti sans casier judiciaire pour avoir agressé sexuellement une femme saoule pourrait bien perdre son absolution, puisqu’il est maintenant accusé de bris de probation. 

• À lire aussi: Affaire Simon Houle: le juge qui a absout l’accusé n’a pas fait de faute déontologique

• À lire aussi: L'ingénieur Simon Houle aurait récidivé après sa sentence

• À lire aussi: Pas de casier pour un agresseur sexuel

«Le 4 juillet 2022, [...] il a omis ou refusé de se conformer à l’ordonnance de probation, soit ne pas troubler l’ordre public et avoir une bonne conduite», peut-on lire dans la sommation datée de mardi concernant Simon Houle.

Houle, 31 ans, s’était fait connaitre cet été, à la suite d’un jugement lui accordant l’absolution conditionnelle au respect d’une probation, afin de ne pas nuire à son travail d’ingénieur.

Il avait alors avoué une agression sexuelle sur une amie saoule, en plus d’avoir photographié ses parties intimes.

Or, peu après avoir reçu sa sentence bonbon, il s’était envolé vers Cayo Coco à Cuba, dans un tout-inclus, où il aurait récidivé sur une Québécoise rencontrée sur place. Pendant que le groupe marchait, Houle aurait empoigné la fesse de Vickie Vachon sans aucune raison.

À son retour au pays, la femme avait porté plainte à la police. Et c’est à la suite de celle-ci que Houle a été accusé de bris de probation.

«Je suis soulagée de la décision prise par le DPCP», a dit la femme au Journal de Montréal ce mercredi, sans pouvoir commenter davantage pour des raisons légales.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.