/news/law

CHSLD Cooke: un préposé aux bénéficiaires accusé d'agression sexuelle sur une personne vulnérable

Le préposé aux bénéficiaires arrêté mercredi au CHSLD Cooke pour agression sexuelle a comparu jeudi matin au palais de justice de Trois-Rivières, en Mauricie, et fait face à deux accusations à caractère sexuelles.

Keaven Dubois a été remis en liberté après avoir comparu devant le juge Me Jacques Trudel.

Les deux chefs qui lui sont reprochés sont ceux d’agression sexuelle et d’avoir incité une personne vivant avec une déficience intellectuelle à avoir des contacts ou des relations sexuelles avec lui.

Les événements seraient survenus mardi.

«Il aura des conditions strictes à respecter, dont celle de ne pas occuper d'emploi, rémunéré ou non, qui le mettrait dans une situation avec une personne vulnérable», a expliqué la procureure de la Couronne, Me Martine Tessier.

L'homme de 34 ans ne pourra pas non plus se trouver en présence intime d'une personne âgée ou vulnérable, chez lui par exemple, être en contact avec sa présumée victime ou ses anciens collègues et posséder aucune arme.

«Je crois qu'avec ces conditions-là, la sécurité du public est assurée», a ajouté Me Tessier.

La présumée victime, une femme vivant avec une déficience intellectuelle âgée dans la soixantaine, a été prise en charge et bénéficie de soutien.

«De s'en prendre à quelqu'un qui est vulnérable et aussi à quelqu'un qui n'a pas toutes les capacités ou les facultés pour consentir ou même refuser, oui, je trouve ça ignoble. Par ailleurs, je veux féliciter le personnel. C'est rare qu'on voit le personnel dénoncer de tels comportements», a souligné le président-directeur général du conseil d’administration du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet.

Selon Me Patrick Martin-Ménard, cet événement met en lumière l'importance des mesures en place pour protéger les personnes vulnérables dans les établissements de santé.

«C'est des personnes qui ne peuvent pas dénoncer les abus dont elles sont victimes donc ça fait en sorte que ce sont aussi ces personnes-là qui sont susceptibles d'être victime de ce genre d'abus là. On ne peut pas prendre pour acquis que ces abus-là, soient d'une part vue par quelqu'un et qu'ils seront dénoncés», a avancé l'avocat spécialisé en droit de la santé, Me Martin-Ménard.
Keaven Dubois doit retourner devant le juge le 25 janvier prochain pour la suite des procédures.