/regional/troisrivieres/mauricie

Des vaches en cavale sèment l'émoi en Mauricie

Un troupeau de vaches en cavale cause bien des maux de tête à des élus et des agriculteurs de la Mauricie.

En mai dernier, une vingtaine de bêtes ont pris peur lors d’une soirée d’orage et ont défoncé la clôture de leur enclos d’une ferme de Saint-Barnabé.

Les 24 vaches et quelques veaux ont erré durant de nombreuses semaines dans le secteur de Saint-Barnabé mais aussi de Saint-Sévère où elles ont saccagé plusieurs champs.

GRACIEUSETÉ

«Elles ont causé des dommages dans mon champ de soja surtout. Elles ont aussi brisé des sacs d’ensilage dans ma cour, elles ont fait des trous pour manger. Ça a des répercussions au niveau monétaire chez nous, c’est sûr», a raconté Steeve Lamy, producteur de lait, à TVA Nouvelles.

Face au problème, la municipalité de Saint-Sévère a entrepris de contacter le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) qui l’a plutôt référé au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Le ministère de la Faune a indiqué qu’il ne pouvait intervenir puisque ce ne sont pas des animaux sauvages. Et du côté de la Sûreté du Québec, on fait savoir qu’on peut intervenir que si les animaux se retrouvent sur les routes.

Cowboys en renfort

Face à cette absence d’action, la Ville de Saint-Sévère a décidé de faire appel à des cowboys de Saint-Tite pour tenter de regrouper le troupeau.

GRACIEUSETÉ

«Les cowboys ont vraiment fait un travail exceptionnel. Ils se sont impliqués, ils ont été là pendant près de 12 heures. Mais malheureusement, il y a un champ de maïs qui n’avait pas été récolté. Quand ils sont arrivés à cette hauteur-là avec les vaches, elles se sont dispersées dans le champ. On n’a pas été capable de les rattraper», a expliqué la directrice générale de la municipalité, Marie-Andrée Cadorette.

Plusieurs auraient été récupérées par des agriculteurs de la région.

Le dossier risque de bouger ces prochains jours. Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec a fait savoir par écrit que « des inspecteurs se rendront chez l’exploitant [jeudi], pour évaluer la situation et tenter d’obtenir une déclaration de propriété des animaux. Les actions à entreprendre seront par la suite établies. Un des éléments à déterminer est de savoir si les animaux sont réputés abandonner ou non. Les procédures à entreprendre ne sont pas les mêmes selon la situation des animaux. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.