/news/currentevents

Le présumé incendiaire des succursales de Royal LePage est arrêté

La Sûreté du Québec a mis la main sur un criminel qui y aurait allumé au moins deux brasiers depuis deux ans

Des pompiers ont maîtrisé les flammes qui ont tout de même causé des dommages à la bâtisse de Royal LePage Humania, le 15 novembre dernier, à Sainte-Thérèse.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Des pompiers ont maîtrisé les flammes qui ont tout de même causé des dommages à la bâtisse de Royal LePage Humania, le 15 novembre dernier, à Sainte-Thérèse.

Un Montréalais soupçonné d’être l’auteur d’au moins deux attentats qui ont endommagé des bureaux de Royal LePage dans les Laurentides a été arrêté jeudi puis accusé d’incendies criminels.

• À lire aussi: Visés par 5 incendies en 4 ans: qui en veut à ces agents d’immeubles?

• À lire aussi: [PHOTOS] Sainte-Thérèse: un immeuble de Royal LePage ciblé par un incendie suspect

Dharson Devendran, 28 ans, a été épinglé jeudi à l’aube, dans l’arrondissement Saint-Laurent, à Montréal.

En après-midi, il a comparu brièvement par vidéoconférence sous des chefs d’incendie criminel, de possession de substances incendiaires et de non-respect des conditions, au palais de justice de Saint-Jérôme.

L’enquête policière a permis d’établir que le suspect aurait incendié une succursale de Royal LePage Humania de Saint-Sauveur, le 6 juin 2021.

Il s’agit du seul événement pour lequel il est accusé pour le moment. 

FD-INCENDIE-ROYAL-LEPAGE

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Récidive

Selon la Sûreté du Québec (SQ), il aurait toutefois récidivé le 15 novembre dernier, cette fois sur une autre succursale, à Sainte-Thérèse. 

Il va sans dire que d’autres accusations pourraient éventuellement être portées à son dossier.

Ces deux bureaux de courtiers immobiliers qui ont été ciblés appartiennent aux mêmes propriétaires. 

Dans un bref entretien avec Le Journal, la fille d’un des propriétaires, décédé en mai dernier, a récemment laissé entendre qu’elle ignorait qui pouvait bien en vouloir à la compagnie de son défunt père.

L’enquête policière dans ce dossier n’est pas terminée, a fait savoir la SQ. Au cours des quatre dernières années, ces succursales ont été visées par au moins cinq incendies ou tentatives d’incendies criminels.

FD-INCENDIE-ROYAL-LEPAGE

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Interdit de communiquer

Jusqu’à maintenant, l’enquête a permis de relier Devendran, bien connu des policiers, à seulement deux de ces cinq événements.

Lors de sa comparution, la poursuite s’est opposée à sa remise en liberté. 

La Cour lui a également imposé une interdiction de communiquer avec Christian Bouvrette, propriétaire actuel des deux succursales, ainsi qu’avec deux autres individus. 

Devendran a des antécédents notamment en matière de vol, de harcèlement, de conduite avec les capacités affaiblies, d’entrave à la justice et de non-respect des conditions.


Son dossier doit revenir devant le tribunal vendredi pour l’enquête sur caution.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.