/finance/homepage

Le Vendredi fou, plein d’aubaines et des tonnes de pièges à éviter

Le Vendredi fou est d’ordinaire plus important pour les détaillants que pour les consommateurs. Mais en période d’inflation, les Québécois pourraient en profiter pour économiser sur les achats de Noël, à condition d’être prudents.

• À lire aussi: Vendredi fou: les Québécois se tournent vers l’achat d’occasion

• À lire aussi: Vendredi fou: les 5 articles qui offrent les meilleurs rabais

• À lire aussi: Vendredi sera la journée la plus active pour le magasinage

«C’est un événement marketing qui sert à lancer la période d’achats des Fêtes, un moment clé dans l’année de beaucoup de commerçants», illustre Maryse Côté-Hamel, de l’Université Laval. 

L’experte de la consommation et du marketing fait d’ailleurs remarquer que les soldes du «Vendredi fou» s’étalent maintenant sur plusieurs jours. 

Cette année marquera aussi le retour des consommateurs en magasin après deux ans passés exclusivement derrière leur clavier.

Un «festival de stimuli»

«Oui, on peut en profiter pour économiser, mais quand on se rend chez un commerçant, il faut savoir qu’il fera tout en son pouvoir pour nous faire faire des achats impulsifs», met-elle en garde. 

Rien n’est laissé au hasard dans ce «festival de stimuli» : les décorations et la musique de Noël, les odeurs, les foules... 

«Le but est de faire tomber nos gardes, de nous déconcentrer. Autre truc : plus on passe de temps en magasin, plus on risque de faire des achats impulsifs et de défoncer notre budget», dit-elle. 

Il y a aussi les fameux soldes «jusqu’à 90 %», qui bien souvent ne concernent qu’un seul item. Bref, le vendredi fou existe avant tout pour nous faire consommer davantage qu’on le souhaite. 

  • Écoutez l'entrevue de Guillaume Lavoie avec Fauve Doucet, fondatrice de l’application partage club sur QUB radio : 

Beaucoup de transactions 

Qu’à cela ne tienne, 4 Québécois sur 10 comptent profiter des soldes du Vendredi fou, selon une étude menée pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). 

Plus de la moitié (53 %) comptent faire leurs achats en ligne. S’ils étaient 29 % à prévoir dépenser plus que l’année dernière, ils ne sont plus que 24 % aujourd’hui, inflation oblige. 

Le nombre de transactions dans les magasins sera «assurément» élevé, prévoit aussi le fournisseur de paiements Moneris. 

Ce dernier avance que les plus grosses transactions ont lieu en début de semaine et que la journée du vendredi n’est pas nécessairement celle qui rapporte le plus.

Bien pour les familles 

Le Vendredi fou est l’occasion de faire des achats de Noël «tout en économisant les taxes», raconte Kristel Cholette, 31 ans, croisée dans un centre commercial de la Rive-Sud de Montréal, hier. 

«J’arrive à retirer environ 15 % du prix final sur ma facture. Ça paraît quand même», dit la mère de deux jeunes enfants. 

Outre les appareils électroniques, qui trônent au sommet des achats des Québécois année après année, l’événement est l’occasion de se procurer des vêtements, des articles de maison et de décoration et des livres, selon l’étude du CQCD. 

De nombreux sites internet comme Achetez le meilleur, par exemple, permettent sinon de se tenir informé des aubaines les plus alléchantes. 

– Avec la collaboration de Francis Halin

Les catégories de produits ayant le plus de rabais 

  • Téléviseurs 
  • Ordinateurs
  • Téléphones cellulaires
  • Vêtements
  • Appareils de cuisine
  • Gros électroménagers

Source : achetezlemeilleur.ca

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.