/news/law

Haine envers les Juifs: Pas assez de preuve, plaide la défense

Capture d'écran

Un influent néonazi montréalais qui était très actif sur un site web populaire chez les suprémacistes blancs américains devrait être acquitté d’avoir fomenté la haine, a plaidé son avocate en affirmant que la preuve retenue contre lui était trop mince.

« Il n’y a jamais eu aussi peu de preuve dans un dossier de fomentation de haine que dans celui-ci », a plaidé Me Hélène Poussard de la défense, ce vendredi au procès de Gabriel Sohier Chaput.

L’homme de 36 ans est accusé d’avoir fomenté la haine en tenant des propos nazis sur le site Daily Stormer de 2016 à 2017. Sous l’alias « Zeiger », il aurait entre autres rédigé un texte raciste accompagné de mèmes invitant à s’en prendre aux Juifs.

« 2017 sera une année d’action, pouvait-on lire. On doit s’assurer qu’aucun guerrier de la justice sociale ou Juif ne puisse rester à l’abri d’être choqué. Du nazisme non-stop, partout, jusqu’à ce que toutes les rues soient inondées des larmes de nos ennemis »

Contenu haineux

Or, au cours du procès au palais de justice de Montréal, Sohier Chaput a juré que ses propos se voulaient « satiriques ». Il avait ajouté que selon lui, les « vrais nazis » n’existent plus, et qu’il s’agissait plutôt d’une « invention d’Hollywood ».

Le procureur de la Couronne a toutefois invité le juge de ne pas se faire leurrer par les paroles de l’accusé. Me Patrick Lafrenière a ainsi rappelé que le Daily Stormer pullulait de contenu raciste, homophobe et misogyne qui représente « clairement de la propagande haineuse ».

« Il est impossible qu’un gars articulé, renseigné et intelligent ne savait pas que chez certaines personnes [ses propos] fomenteraient la haine, avait-il plaidé. Il s’est aveuglé volontairement. »

Pas d’experts

Mais pour la défense, la Couronne n’a pas rempli son fardeau pour que Sohier Chaput soit déclaré coupable, faute d’avoir fait entendre des experts sur le nazisme. Selon l’avocate, le juge ne peut ainsi pas tenir pour acquis plusieurs faits concernant l’idéologie nazie.

Elle a cité en exemple le nombre de Juifs exterminés durant la Deuxième Guerre mondiale qui varie selon les experts, l’idéologie nazie exacte, mais aussi tout le contexte concernant la Shoah.

« Ce n’est pas de connaissance judiciaire », a-t-elle plaidé en rappelant que les conditions pour qu’un accusé soit déclaré coupable de fomenter la haine étaient élevées.

Le juge Manlio del Negro rendra son verdict en janvier.