/regional/montreal/montreal

COP15: une invitée encombrante pour le Salon du livre

Les rues qui entourent le Salon du livre de Montréal ont été barricadées pour la COP15, rendant l’accès au Palais des congrès difficile, voire intimidant.

• À lire aussi: Salon du livre de Montréal : Les livres québécois ont la cote

• À lire aussi: COP15 : des commerçants craignent des pertes de revenus

• À lire aussi: Les embouteillages de la COP15 se profilent à Montréal

De plus en plus de clôtures sont installées aux alentours du Palais des congrès à l’approche de la COP15, le sommet de l’ONU sur la biodiversité qui doit réunir des milliers de personnes du 7 décembre au 19 décembre. Mais le bâtiment accueille pour l’instant le Salon du livre et les bibliophiles ont pu être surpris par ces mesures de sécurité.

Il ne faut toutefois pas renoncer à se rendre au Salon du livre, puisque seulement une des 10 entrées de l’établissement est bloquée aujourd’hui.

Par ailleurs, le Salon du livre est particulièrement facile d’accès en transport en commun.

« Le meilleur moyen de se rendre au Salon du livre, c’est par le métro. On arrive directement à la station Place-d’Armes et on n’a même pas besoin de sortir dehors, il y a un accès directement à l’intérieur, c’est la solution numéro un », a expliqué Olivier Gougeon, directeur général du Salon du livre de Montréal.

Si le transport en commun n’est pas une option, pas de souci : des stationnements sont accessibles à proximité.

«Il y a du stationnement autour, il y a des stationnements à côté du Palais, mais comme c’est très populaire, ça se peut qu’il soit plein. Je recommande de venir à une station de métro de distance, se garer, prendre le métro et arriver directement à l’intérieur», a détaillé M. Gougeon.

Certains clients ont des astuces de magasinages pour surmonter les difficultés relatives à l'inflation.

«Je dirais que mon budget de livres est vraiment basé sur mes envies d'acheter. Donc habituellement, je fais beaucoup de trouvailles dans des magasins avec des livres usagés, comme Renaissance. Mais quand on tombe sur des livres qui sont plutôt rares, difficiles à trouver, à ce moment-là, je les achète», détaille un jeune homme.

D'autres n'entendent pas faire de compromis sur l'achat des livres.

«Là, j'ai choisi de prendre mes cadeaux de Noel pour ça en fait. Mais sinon, non, je pense que c'est une priorité dans la vie de pouvoir lire et s'ouvrir sur d'autres univers que ce qu'on a présentement. C'est un bon échappatoire», explique une dame.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.