/news/society

Des familles d’enfants malades célèbrent Noël en avance

Une adolescente atteinte d’un cancer des tissus mous a pu vivre un moment d’apaisement dimanche soir avec sa famille lors d’une fête de Noël organisée par Leucan à Laval.

Coralie Joseph, 17 ans, n’était âgée que de 14 ans seulement, elle a reçu un diagnostic de rhabdomyosarcome, soit un cancer des tissus mous. Une nouvelle très difficile à encaisser pour une personne de son âge.

«Quand je l’ai su, c’est comme si mes oreilles se sont bouchées et que tout est devenu sourd. Je me disais “ce n’est pas vrai, c’est un cauchemar”», a-t-elle raconté en entrevue à l’agence QMI.

CRÉDIT PHOTO : LEUCAN.

Malgré les embûches — amputation du petit doigt et récidive — Coralie estime qu’il est important de rester positive, chose qu’elle fait grâce au soutien de sa famille.

«Ma famille c’est mon énergie. C’est grâce à elle que je suis là aujourd’hui. Je les aime tellement», a-t-elle dit en qualifiant sa famille, composée de sa sœur, de sa mère et d’elle-même, de «trio inséparable».

Un temps des fêtes douloureux

La période des fêtes en 2019 a été particulièrement difficile pour Coralie Joseph et sa famille puisqu’après une biopsie effectuée le 23 décembre, le diagnostic officiel est tombé le 31 décembre.

«Je lui ai dit “On va se battre et on va passer à travers”. On est restées malgré tout positives», a mentionné la mère de l’adolescente, Annick Paquette.

À partir de ce moment, la vie Coralie, mais aussi celle de sa mère et de sa sœur, Maïka, a changé. Après plusieurs semaines de traitement, et l’amputation de son auriculaire droit, on a annoncé à l’adolescente qu’elle était en rémission. Or, huit mois plus tard, la maladie a frappé de nouveau, l’adolescente avait fait une récidive à l’épaule.

«Coralie l’a bien pris comparativement à moi. J’étais tellement en colère», a raconté Mme Paquette en précisant qu’encore aujourd’hui elle trouve ça difficile.

Du soleil dans la vie des familles

Pour Coralie Joseph et sa famille, les événements organisés par Leucan leur apportent un grand soutien. En effet, il est difficile de comprendre ce qu’elles vivent à moins d’être passé par là.

«J’adore les événements de Leucan parce qu’on n’a pas besoin de se parler et on se comprend entre nous. C’est beau également de voir les gens s’amuser», a indiqué l’adolescente qui précise que ces activités lui permettent de montrer qu’elle n’est pas obligée d’être tout le temps triste.

C’est également ce que pense Annick Paquette. «Heureusement, Leucan est là pour mettre un peu de soleil dans nos vies. [...] Ils sont toujours là pour nous écouter, nous faire sourire, nous permettre de passer du bon temps en famille et nous donner un répit», a-t-elle expliqué.

Selon Mme Paquette, ces événements sont également importants pour son autre fille, Maïka, puisqu’ils lui permettent de voir qu’elle n’est pas la seule à vivre cette situation. «Même si ce n’est pas notre intention, ça reste qu’on les délaisse un peu», a-t-elle dit en précisant cependant que Maïka comprend malgré tout la situation et que son souhait est que Coralie guérisse.

Somme toute, Coralie, Annick et Maïka ont appris à profiter au maximum des moments qu’elles ont ensemble. C’est d’ailleurs ce qu’elles ont fait dimanche à la fête de Noël organisée par Leucan à Illumi, ce spectacle de lumières sous forme de parcours situé à Laval.

«Quand on apprend qu’un de nos enfants a le cancer, on apprend à vivre chaque jour comme si c’était le dernier», a conclu Annick Paquette.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.