/news/politics

Le Canada dépensera 2,3 milliards $ pour contrer la Chine

Le Canada dépensera quelque 2,3 milliards $ dans la région indopacifique dans le but d’augmenter ses dépenses militaires pour renforcer ses liens avec ses partenaires asiatiques et de contrer l’influence de la Chine.

• À lire aussi: La Chine et la Russie veulent un monde «où la force fait le droit»

• À lire aussi: Sommet de l’ANASE: une vague de financement promise par Trudeau

• À lire aussi: Le Canada veut adhérer à l'alliance indo-pacifique des États-Unis

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a publié dimanche la stratégie indopacifique du gouvernement Trudeau.

La somme investie permettra d’augmenter la présence de la marine dans le secteur, en plus d’assurer la sécurité en matière de renseignements et de cybersécurité. 

L’objectif est d’ainsi permettre une coopération accrue avec les partenaires régionaux dans les mers de Chine orientale et méridionale, a fait savoir «Bloomberg», un peu avant l’annonce officielle.

Le document de la ministre qualifie d’ailleurs Pékin de «puissance mondiale de plus en plus perturbatrice». Le Canada souhaite se protéger contre toute forme d’ingérence étrangère. Il investira 750 millions de dollars canadiens dans des projets d'infrastructure durables dans l’espoir d’attirer d'autres capitaux des caisses de retraite canadiennes.

Cinq aspects principaux

La stratégie canadienne comprend cinq principaux aspects, dont la promotion de la paix et l’accroissement des échanges commerciaux et des investissements.

«En ce qui concerne la Chine, nous savons qu'il y a une bataille d'influence qui se déroule dans la région, a dit Mélanie Joly en entrevue à Bloomberg. Nous devons donc intensifier notre présence.»

«Pendant longtemps, nous nous sommes définis à travers la relation que nous entretenons avec l'Europe, a-t-elle ajouté. Il est temps de regarder vers le Pacifique.»

Lors des dernières années, le Canada a éprouvé de la difficulté à diversifier son économie qui dépend principalement des États-Unis et de la Chine comme principaux partenaires. 

Selon Bloomberg, la proportion des exportations de marchandises est sensiblement la même depuis 1997 dans la région indopacifique avec un taux de près de 7%, contre 8,6% uniquement pour Pékin, dans la dernière année.

«L’avenir de l’Indo-Pacifique est le nôtre, nous avons un rôle à jouer pour le façonner, a déclaré Mélanie Joly dans un communiqué. À cette fin, nous devons être un partenaire authentique et fiable. Aujourd’hui, nous présentons une stratégie véritablement canadienne - qui aborde chaque aspect de notre société. Cette stratégie envoie un message clair: le Canada est bien présent dans la région et il est là pour rester.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.