/news/currentevents

Deux meurtres résolus grâce à des sites de généalogie en ligne

Close up of chemist scientist holding sample and examining test tube in special laboratory

Hoda Bogdan - stock.adobe.com

Un homme soupçonné d’avoir violé et tué deux femmes il y a tout près de 40 ans à Toronto a finalement été arrêté vendredi dernier grâce aux progrès de la génétique et à l’essor des sites de généalogie en ligne.

• À lire aussi: Encore trop de féminicides au Québec: «Un bon nombre de cas étaient connus par les policiers»

Susan Tice, 45 ans, et Erin Gilmour, 22 ans, avaient respectivement été assassinées en août et décembre 1983. Dans les deux cas, les deux femmes – qui ne se connaissaient pas – avaient été retrouvées par des amis dans leur chambre à coucher, où elles avaient été violées, puis poignardées à plusieurs reprises, a résumé le sergent-détective Stephen Smith lundi en détaillant cette enquête hors du commun.

Pendant des décennies, la police de Toronto n’a pas été en mesure de trouver la moindre piste vers un suspect. Tout au plus, l’analyse de matériel génétique prélevé sur les scènes de crime avait permis de confirmer, en 2000, que la police ne cherchait qu’un seul meurtrier.

Écoutez l'entrevue avec Dominique Ritchot, Coordonnatrice à la Société généalogique canadienne-française à l’émission de Richard Martineau via QUB radio : 

C’est à partir de 2019 que le vent a tourné, lorsque la police a décidé de faire affaire avec Othram, une entreprise américaine qui se spécialise dans l’enquête généalogique génétique pour faire avancer des dossiers criminels.

L’entreprise utilise du matériel génétique de suspect fourni par des corps policiers et le compare avec les informations contenues dans des tests d’ADN qui sont mis en ligne sur des sites de généalogie grand public, comme Ancestry.ca, par des internautes curieux de retracer leur historique familial.

Dans ce cas-ci, Othram et les enquêteurs de la police de Toronto ont pu identifier une famille précise, puis remonter jusqu’au membre de la famille qui s’est avéré être le suspect des deux meurtres.

C’est ainsi que, vendredi, des membres de la Police provinciale de l’Ontario se sont rendus au domicile de Joseph George Sutherland, un résident de Moosonee, un village situé en bordure de la baie James, pour lui passer les menottes. L’homme fait face à deux accusations de meurtre et demeure détenu, en attendant son retour devant la cour le 9 décembre.

«Après 39 ans à échapper au travail des policiers, nos enquêteurs ont fait en sorte que cet individu ait à répondre de ses crimes odieux. La police de Toronto n’abandonne jamais lorsqu’il est question de retrouver les gens qui commettent des crimes dans notre ville», a commenté le chef de la police, James Reimer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.