/news/politics

L’ambassadeur russe convoqué pour des tweets homophobes

L’ambassadeur russe au Canada a été convoqué par la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly pour une succession de tweets homophobes publiés dans les derniers jours par le compte officiel de l’ambassade de Russie.

• À lire aussi: Un tweet anti-LGBTQIA2S+ de l’ambassade russe condamné par Ottawa

Après avoir été écartée une première fois, l’idée de convoquer l’ambassadeur Oleg Stepanov est devenue inévitable après plusieurs récidives, a-t-on confirmé lundi au bureau de la ministre.

«Les Russes ont encore une fois choisi la propagande haineuse», a déclaré l’attaché de la ministre Joly, Adrien Blanchard.

La demande de convocation a été faite pour «communiquer» à l’ambassadeur Stepanov qu’«il s’agit d’attaques contre les valeurs canadiennes d‘acceptation et de la tolérance».

Tout a commencé le jeudi 24 novembre dernier, lorsque le compte officiel de l’ambassade a publié un premier tweet déclarant que «la famille, c’est un homme et une femme avec des enfants». Le micromessage était accompagné d’une image du drapeau de la fierté affublé d’un signe rouge «interdit».

À ce jour, le tweet a reçu près de 60 000 «j’aime» et a été repartagé à plus de 30 000 reprises, mais a été largement condamné par des internautes aussi bien que par des ministres fédéraux.

La ministre des Sports, Pascale St-Onge, avait réagi en affirmant que «la propagande russe homophobe n'est pas bienvenue chez nous» et que «le traitement des personnes LGBTQ2+ en Russie est une honte et une attaque contre les droits humains fondamentaux», par exemple.

En guise de réplique, l’ambassade russe a demandé à la ministre St-Onge d’«expliquer comment elle est apparue dans ce monde», une référence à l’homoparentalité.

«Je trouve ça horrible. Je trouve que ça n’a pas sa place», a déclaré Pascale St-Onge, avant la période de questions au Parlement, lundi.

Voulant surfer sur les débats entourant le sexe et le genre dans de nombreux pays occidentaux, la Russie a poursuivi ses communications au courant de la fin de semaine.

«Et oui, il n'y a que deux sexes/genres - un homme et une femme, un mâle et une femelle», a-t-elle publié, avec l’image d’une peinture d’Adam et Ève.

«En Russie, vous êtes libre d'être vous-même et de protéger vos enfants, tant qu'ils sont mineurs, contre l'imposition et l'imprégnation par une propagande agressive», a continué l’ambassade, accompagnant son tweet d’une image d’une peinture de la Vierge Marie et de Jésus.

La Russie a adopté tout récemment une loi pour «promouvoir les valeurs traditionnelles» qui «interdit la propagande faisant la promotion des relations ou des préférences sexuelles entre personnes du même sexe, ainsi que la pédophilie et les informations encourageant la chirurgie de changement de sexe».

Le Canada et d’autres alliés occidentaux, membres de la Coalition pour les droits égaux (ERC), ont dénoncé l’initiative dans une déclaration commune la semaine dernière.

L’ambassade de la Russie, à son tour, a défendu sa position dans une longue enfilade contre l’attitude du Canada dans le dossier.

«Nous attendons du cabinet de Justin Trudeau une attitude respectueuse du processus législatif en Russie, fondé sur la politique nationale de l'État visant à préserver et à renforcer les valeurs traditionnelles et la volonté du peuple russe», a-t-elle affirmé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.