/news/world/guerre-en-ukraine

Pour la première dame d'Ukraine, les violences sexuelles font partie de «l'arsenal» russe

La première dame d'Ukraine Olena Zelenska a affirmé lundi lors d'une conférence à Londres que «violences et crimes sexuels» faisaient partie de «l'arsenal» russe pour «humilier les Ukrainiens», appelant à une «réponse globale» des dirigeants dans le monde.

• À lire aussi: Olena Zelenska, première dame d’Ukraine sortie de l’ombre

• À lire aussi: Ukraine: la femme du président Zelensky appelle à de «véritables couloirs humanitaires»

Depuis l'invasion russe le 24 février, «les opportunités des occupants se sont élargies pour humilier les Ukrainiens et malheureusement, les violences sexuelles et les crimes sexuels font partie de leur arsenal», a affirmé Mme Zelenska.

La Russie a recours à la violence sexuelle «systématiquement et ouvertement», a-t-elle souligné. 

«C'est pour cette raison qu'il est extrêmement important que ce soit reconnu comme un crime de guerre pour poursuivre tous les agresseurs», a-t-elle dit, pressant pour une «réponse globale» lors d'une conférence organisée à Londres contre les violences sexuelles pendant les conflits.

Écoutez l'entrevue avec Dominique Arel à l’émission de Mario Dumont via QUB radio : 

«Vraiment, j'espère qu'il y aura une réponse du monde entier pour tout ce qui se passe en Ukraine en ce moment», a-t-elle plaidé.

L'«Initiative pour lutter contre les violences sexuelles dans les conflits» est organisée lundi et mardi à Londres par le gouvernement britannique avec des représentants du monde entier.

Vendredi, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, en visite à Kiev, a annoncé de nouvelles aides et «un soutien crucial aux survivantes des violences sexuelles perpétrées par l'armée russe».

Pour Olena Zelenska, les violences sexuelles sont «la façon la plus cruelle, la plus animale de prouver une domination».

«Tout le monde sait qu'il y a un grand nombre de viols» commis par l'armée russe en Ukraine, mais selon Mme Zelenska, les victimes parlent encore moins que d'habitude en raison de la guerre, de peur que leurs agresseurs reviennent et recommencent.

«En ce moment, le bureau du procureur enquête sur plus de 100» cas de crimes sexuels présumés, a affirmé la Première dame, rappelant que le premier cas qui a donné lieu à des poursuites était celui d'une femme violée par des soldats qui venaient de tuer son mari.

Le gouvernement a lancé une cellule de soutien psychologique pour aider les victimes de la guerre, a précisé Mme Zelenska.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.