/finance/homepage

Un vendredi fou payant pour le Panier Bleu

Panier bleu

Le Journal

Le vendredi fou a été payant pour le Panier Bleu, car plusieurs consommateurs ont jeté leur dévolu sur le site de magasinage en ligne québécois pour faire leurs emplettes. 

• À lire aussi: Les dangers du Vendredi fou: «des gens auront un dur réveil en janvier»

• À lire aussi: Le nouveau Panier Bleu est en ligne

En entrevue à QUB radio, le directeur général du Panier Bleu, Alain Dumas, était très heureux de constater l'engouement des clients pour le site web transactionnel où des milliers de personnes l'ont visité depuis vendredi. Il a expliqué au micro de Philippe-Vincent Foisy qu'il avait demandé aux divers commerçants d’offrir des rabais.

«On voulait attirer les gens pour qu’ils achètent dans les magasins. Également, pour aider les commerces, nous avons retiré les frais de commission et de cartes de crédit lors des achats», a-t-il mentionné en entrevue à Qub radio, ajoutant qu'on retrouve plus de 60 000 produits sur le site Internet du Panier Bleu.

Alain Dumas n'était pas peu fier que le site ait été en mesure de bien fonctionner malgré cette période très achalandée. D’ailleurs, il a tenu à préciser qu’en préparation du vendredi fou, le site Internet a été placé en maintenance jeudi afin d'entrer l’ensemble des promotions.

Du même souffle, ce dernier a souligné que si le Panier Bleu souhaite être une destination d’une place de marché, il doit couvrir tous les produits. «On préfère que la télévision LG soit achetée au Centre Hi-Fi plutôt qu’un grossiste américain. En contrepartie, nous avons intégré les certifications Aliments du Québec et Produits du Québec pour permettre aux gens d’acheter des items québécois.»

Selon lui, acheter en passant par le Panier Bleu assure que le produit est entreposé au Québec lors de la vente. «Peu importe la transaction, on veut garantir que l’achat aura un impact positif sur l’économie du Québec.»

Pour l’heure, les items populaires sont les coffrets de produits alimentaires, le domaine de l’électronique, les livres, les produits de beauté et les vêtements. «On ajoute des commerçants au gré des catégories qui ont besoin de plus de profondeur», a conclu M. Dumas.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.