/news/world

Une célèbre actrice libérée sous caution en Iran

Les autorités iraniennes ont libéré sous caution dimanche la célèbre actrice Hengameh Ghaziani, ont indiqué deux agences de presse, plus d'une semaine après son arrestation pour avoir soutenu le mouvement de contestation.

• À lire aussi: Une dizaine d'actrices iraniennes se rassemblent sans voile en soutien aux manifestations

• À lire aussi: Des militants craignent un durcissement de la répression contre les Kurdes

• À lire aussi: L'ONU ouvre une enquête sur la répression en Iran

L'Iran est le théâtre de manifestations déclenchées le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs pour avoir, d'après celle-ci, enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique. Les autorités dénoncent des «émeutes» encouragées selon elles par l'Occident.

Mme Ghaziani a été libérée dimanche «sur ordre de l'autorité judiciaire», a annoncé le même jour en soirée l'agence officielle Irna. Selon l'agence Tasnim, elle a été libérée sous caution.

Hengameh Ghaziani avait été arrêtée le 20 novembre pour avoir incité et soutenu les «émeutes», et communiqué avec des médias d'opposition, selon Irna. 

L'actrice avait publié sur son compte Instagram une vidéo tournée dans une rue de Téhéran dans laquelle elle est tête nue face à la caméra sans parler, puis se retourne et se fait une queue de cheval comme le font d'autres femmes avant d'aller manifester.

Âgée de 52 ans, elle a remporté deux fois le prix de la meilleure interprétation féminine au festival cinématographique Fajr de Téhéran, en 2008 et en 2012.

L'agence Irna a en outre annoncé la libération lundi de «l'ancien animateur de la télévision d'État, Mahmoud Shahriari, après deux mois de détention». 

Âgé de 63 ans, il avait été arrêté fin septembre pour avoir «encouragé les émeutes et la solidarité avec l'ennemi».

En revanche, la justice a convoqué lundi un professeur de l'Université de Téhéran, Sadegh Zibakalam, pour «avoir fait mention sans preuve» dimanche sur Twitter de la mort de «plus de 400 Iraniens» dans les manifestations, a annoncé Irna.

«Ce chiffre était basé sur le rapport de l'Organisation iranienne des droits de l'homme basée en Norvège (Iran Human Rights) et sur les déclarations des médias en persan à l’étranger, et je n'ai aucune information fiable sur le nombre de personnes tuées», a écrit lundi M. Zibakalam sur Telegram après sa convocation.

Samedi, des médias locaux avaient annoncé la libération du célèbre footballeur kurde Voria Ghafouri, interpellé jeudi pour «propagande» contre l'État. Sa femme a démenti sur Instagram sa libération.

L'agence Tasnim a annoncé lundi soir que M. Ghafouri avait été libéré «sous caution il y a quelques minutes» et que «son dossier sera(it) traité par la justice plus tard».

Les autorités ont fait état de milliers de personnes arrêtées dans le cadre des manifestations, dont des personnalités du cinéma, de la politique et du sport.

Plus de 700 prisonniers ont retrouvé la liberté après la victoire de l'équipe iranienne contre le pays de Galles à la Coupe du monde au Qatar, a annoncé lundi l’agence de l'Autorité judiciaire Mizan Online.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.