/news/world

Une dizaine d'actrices iraniennes se rassemblent sans voile en soutien aux manifestations

Photo Instagram

Un groupe d'une dizaine d'actrices iraniennes se sont rassemblées en Iran sans porter le voile, pour exprimer leur soutien aux manifestations dans le pays, selon une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. 

• À lire aussi: «Régime assassin»: la nièce du guide suprême iranien arrêtée, selon son frère

• À lire aussi: Contestation en Iran: un ex-footballeur et un militant libérés sous caution

• À lire aussi: L'ONU ouvre une enquête sur la répression en Iran

Ce rassemblement est la dernière action en date d'artistes se mobilisant depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs pour avoir d'après celle-ci enfreint le code vestimentaire strict en République islamique.

AFP

Ce code impose aux femmes le port du voile en public.

La courte vidéo montre la réalisatrice et actrice Soheila Golestani marcher dans un parc la tête dénudée, s'arrêter au pied d'un escalier et fixer la caméra. Elle est rejointe par huit autres femmes et quatre hommes, qui prennent la même pose, sans dire un mot.

Le lieu exact et la date du rassemblement n'ont pas pu être établis par l'AFP.

L'actrice a posté la vidéo sur son compte Instagram tard dimanche, en écrivant: «la performance est terminée et la vérité a été dévoilée. Nos vrais héros sont les anonymes».

La vidéo a également été postée par le réalisateur Hamid Pourazari, présent dans le parc, où tous ceux qui posent sont des acteurs selon le site d'information Iran Wire, basé à Londres.

Depuis le début du mouvement de contestation, plusieurs artistes iraniens ont défié les autorités, notamment en retirant le voile.

C'est le cas notamment de l'actrice Taraneh Alidoosti, qui a affirmé sa volonté à rester «à tout prix» dans son pays.

Deux autres célèbres actrices, Hengameh Ghaziani et Katayoun Riahi, ont été arrêtées pour avoir soutenu le mouvement de contestation, qui est selon les autorités encouragé par l'Occident. La première, interpellée le 20 novembre, a été libérée sous caution dimanche, selon l'agence de presse officielle iranienne IRNA.

Parmi les autres figures du cinéma incarcérées, figurent les réalisateurs Mohammad Rasoulof et Jafar Panahi, interpellés avant le début du mouvement de contestation.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.