/news/culture

«2022 revue et corrigée»: chapeau aux comédiens

PHOTO AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Dans un pied de nez à «cette année moche», toujours guettée par la COVID, l’agression russe en Ukraine et l’inflation, la revue de fin d’année «2022 revue et corrigée» a été présentée en grande première lundi soir au Théâtre du Rideau vert. 

Parmi ses écorchés, notons entre autres le pape François et ses excuses «pas si claires» faites à Québec l’été dernier, la dérape de Hockey Canada et sa gestion de crise, le convoi de la liberté, mais aussi le dynamique duo que forme Chrystia Freeland et Justin Trudeau et l’impromptu Guillaume Lemay-Thivierge.

Les frasques ou malaises causés par certains leaders politiques ainsi que la réélection de la Coalition avenir Québec ont évidemment teinté cette édition, dans laquelle le premier ministre François Legault s’est présenté sur scène sous les traits de Pierre Brassard avec une ressemblance frappante.

PHOTO AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Le comédien recru avait d’ailleurs aussi amené avec lui son personnage des Bleu Poudre Raymond Beaudoin au grand plaisir du public qui l’a attendu toute la soirée, en plus de personnifier le roi Charles III – grandes oreilles et doigts saucisses en appui —, Gilles Vigneault, et son classique personnel Pierre Bruneau, qui pour l’occasion, célébrait son départ à la retraite dans les corridors de TVA où il a croisé un Denis Lévesque tristounet et beaucoup moins encensé que son ex-collègue.

La petite nouvelle – et révélation de cette édition pour plusieurs –, Marie-Ève Sansfaçon a été plus qu’excellente dans sa personnification de Lara Fabian qui chantait, pour les bienfaits du sketch, pour Éric Duhaime à «En direct de l’univers». Applaudi chaudement à la fin de sa prestation, on aurait pu entendre une mouche voler quand elle s’exécutait tant le public était attentif.

PHOTO AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Le doyen de «Revue et corrigée», Marc St-Martin – là depuis 2006 –, a lui aussi été excellent, et ce, à chacune de ses présences sur scène. Mention spéciale à sa Julie Snyder, toujours bien exécutée, et à son énergique Jean-Marc Généreux qui a su décrocher beaucoup de rires gras aux spectateurs, revenant sur les danses devenues virales des politiciens d’ici et d’ailleurs (Sanna Marin, Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, et Dominique Anglade le soir du débat de chefs).

Benoit Paquette, qui a offert un délectable Christian Begin, et Monika Pilon, véritable caméléon, complétaient la distribution de brillante façon.

La revue humoristique, dirigée par Natalie Lecompte, comptait en tout une quarantaine de sketchs éclair qui se sont enchainés au quart de tour, dans cette pièce d’une heure quarante. La crise de la main-d’œuvre et l’inflation sont des thèmes qui ont été exploités sous différentes formes tout au long de la soirée, de Pierre-Yves McSween, à l’émission «Les chefs!», en passant par à la reprise de la comédie musicale «Annie» – aussi bonne que l’originale –, qui à 12 ans, «travaille trop chez McDo».

PHOTO AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

L’absence de Céline et visioconférence

Céline Dion (Monika Pilon) qui ne pouvait être a «2022 revue et corrigée» cette année – pourtant une habituée de la franchise – a offert un message vidéo à ses admirateurs en direct de Las Vegas tout en sobriété... et en mimiques.

Volodymyr Zelensky a lui aussi présenté un message enregistré au public du Rideau vert «en zoom et en pipes» et «la madame des annonces de la CAQ» a fait quelques coucous au cours de la représentation.

La troupe de comédiens a aussi présenté un pastiche de l’émission matinale de Paul Arcan «Puisqu’il faut se levé», une saynète rythmée qui a reçu un très bon accueil, et dans laquelle Mike Ward, Michel Bergeron, André Sauvé, Micheline Lanctôt, Dan Bigras et de nombreux autres se sont relevés à la vitesse de la lumière.

La sortie annuelle a été efficace dans sa généralité, hormis quelques blagues un peu faciles, voire trop évidentes. Certains sketchs auraient également pu être coupés au profit de versions allongées pour certains autres. Le nombre – impressionnant – de saynètes a causé quelques essoufflements, mais chapeau aux comédiens qui sont parvenus à faire oublier les lacunes au niveau des textes et qui ont de main de maitre tenu le coup tout du long.

  • La pièce de fin d’année «2022 revue et corrigée» est présentée au Théâtre du Rideau vert jusqu’au 7 janvier.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.